Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

causeur

  • Le Salon Beige fait des émules ou presque

    5b807cc72aa609368bbf56536d01c9a7.jpgEn effet, un autre site se présente comme un salon de discussion. Une équipe réunie par la journaliste Élisabeth Lévy (ex-présentatrice du Premier pouvoir sur France Culture, pigiste dans différents magasines) vient de lancer le site causeur.fr
    Je reviendrai prochainement sur le livre d'Élisabeth Lévy concernant son éviction de France culture. En attendant voici la présentation de ce nouveau salon : 
    "Tenez-vous bien. Vous êtes dans un salon. Les invités ont le droit d’être ironiques, polémiques, mordants, de mauvaise foi et même parfois, à l’extrême rigueur, un peu barbants. On ne leur en voudra pas de placer à l’occasion un pétard sous les sièges. En revanche, il est vivement déconseillé d’être vulgaire, convenu, pontifiant et, par-dessus tout, dépourvu d’humour.
    Entrez, puisque vous êtes – je ne sais trop comment – arrivés jusqu’ici. N’ayez pas peur : Causeur n’est ni citoyen, ni participatif, ni démocratique. Nous ne nous ébaubirons pas devant vos commentaires – à moins qu’ils soient vraiment pertinents. Et ne seront publiés comme auteurs que ceux que nous jugerons à la hauteur (pour les commentaires, nous ferons une entorse à nos principes aristocratiques en les acceptant tous). Car autant l’avouer : nous ne croyons pas à l’égalité de tous devant les idées."
    La suite ici

    Outre Élisabeth Lévy en personne, on y retrouve les signatures de Basil de Koch, Alain Finkielkraut, Paul Thibaud, Marc Cohen, Gil Mihaely, Trudi Kohl, François Miclo. 

    On aimera ou… pas. Pas tout… ou presque rien. En tous les cas, un salon que l'on peut visiter de temps à temps.

    Notons au passage deux entretiens intéressants d'Élisabeth Lévy. Le premier avec le philosophe Peter Sloterdijk à propos de son dernier livre : Colère et temps, traduit de l’Allemand par Olivier Mannoni, Libella-Maren Sell. On notera cette question, très révélatrice, de la journaliste :
    "On n’est pas condamnés à choisir entre le christianisme et le fascisme. Il doit bien exister des utilisations raisonnables de la colère accumulée".

    "Condamné" n'est peut-être pas le mot. Mais la réponse, en revanche, semble bien se trouver du côté du christianisme.

    Autre entretien intéressant, toujours mené par Élisabeth Lévy : avec Jean-Claude Michéa. sur la servitude libérale. 

    Bonne découverte.