Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chant et musique

  • De Nouvelle France

    Une fois n’est pas coutume, le texte de cette semaine concerne un groupe Québécois au nom évocateur : Mes Aieux.
    Un ami vient de me le faire découvrir et j’ai particulièrement apprécié le texte – oui, c’est de la chanson à texte – de Dégénération. Pour ceux qui ne comprendraient pas toutes les paroles, accent du Québec oblige, ils trouveront le texte de cette chanson en bas de ce post. En attendant, vous pouvez voir et entendre le clip de cette chanson :

    N’étant pas un connaisseur ni un spécialiste du courant « néo-trad. » dans lequel s’inscrit le groupe Mes Aieux, ne connaissant pas davantage l’histoire de ce dernier, je ne peux en dire plus. On pourra se faire une idée en allant sur le site du groupe. Suivez le guide, c’est ici.

    En plus de la chanson Dégénération, j’ai bien aimé les paroles de Lettre à ma descendance :


    « - 20 janvier 1906, lettre à ma descendance
    - À toi qui porteras mon nom à travers les âges
    - Toi qui prolongeras ma main en terre de Nouvelle-France
    - Si je te lègue un bien lourd bagage
    - Comme un mauvais sort, une mauvaise chance
    - Si tu hérites, sans l’avoir mérité, d’un passé criblé de défaites
    - D’un pays mille fois rêvé qui n’existe que dans la tête
    - Si tu dois te battre sans relâche et sans cesse pour ta langue et ta survivance.
    - Alors voici les armes pour ton combat
    - Que ta résistance se fasse par le chant et par la danse
    - Dans la parole et dans le geste, tu forgeras ta foi
    - Comme le dira celui qui sera à la fois le poète, le chantre et le roi
    - Je te propose le plus doux des combats
    Chante, chante et le Québec ne mourra pas »


    C’est une manière de dire que le combat culturel est important, et que plus encore, un pays vit et existe, à travers ses modes de vie qui se reflètent dans ses danses et dans ses chansons. Le peuple du moyen âge chantait en permanence. Il n’était pas gavé de biens de consommation, ni de publicité. Il n’avait pas la télévision ni de voiture. Mais il chantait. Nous chantons peu ou pas. Et c’est bien dommage. Car c’est une part de l’âme de la France qui s’en va ainsi. Non pas pour laisser place au silence, mais au bruit.

    - Alors voici les armes pour ton combat
    - Que ta résistance se fasse par le chant et par la danse
    - Dans la parole et dans le geste, tu forgeras ta foi
    - Comme le dira celui qui sera à la fois le poète, le chantre et le roi
    - Je te propose le plus doux des combats
    Chante, chante et la France ne mourra pas ».

     

    Parole de Dégénération :

     Ton arrière-arrière-grand-père il a défriché la terre
    Ton arrière-grand-père il a labouré la terre
    Et pis ton grand-père a rentabilisé la terre
    Pis ton père il l'a vendue, pour devenir fonctionnaire

    Et pis toi mon p'tit gars tu sais pus c'que tu vas faire
    Dans ton p'tit trois et d'mie, ben trop cher fret en hiver
    Il te vient des envies de dev'nir propriétaire
    Et tu rêves la nuit d'avoir ton petit lopin d'terre.

    Ton arrière-arrière-grand-mère elle a eu quatorze enfants
    Ton arrière-grand-mère en a eu quasiment autant
    Et pis ta grand-mère en a eu trois c'tait suffisant
    Pis ta mère en voulait pas, toi t'étais un accident

    Et puis toi, ma p'tite fille, tu changes de partenaire tout l'temps
    Quand tu fais des conn'ries, tu t'en sors en avortant
    Mais y a des matins, tu te réveilles en pleurant
    Quand tu rêves la nuit, d'une grand' table entourée d'enfants

    Ton arrière-arrière-grand-père a vécu la grosse misère
    Ton arrière-grand-père il ramassait les cennes noires
    Et pis ton grand-père, miracle, y est devenu millionnaire
    Ton père en a hérité il a tout' mis dans ses REER

    Et pis toi p'tite jeunesse tu dois ton cul au ministère
    Pas moyen d'avoir un prêt dans une institution bancaire
    Pour calmer tes envies de "hold-uper" la caissière
    Tu lis des livres qui parlent de simplicité volontaire

    Tes arrière-arrière-grands-parents ils savaient comment fêter
    Tes arrière-grands-parents ça swinguait fort dans les veillées
    Pis tes grands-parents ont connu l'époque yé-yé
    Tes parents c'tait les discos c'est là qu'ils se sont rencontrés

    Et pis toi mon ami qu'est-ce que tu fais de ta soirée ?
    Éteins donc ta TV faut pas rester encabané
    Heureus'ment que dans vie certaines choses refusent de changer
    Enfile tes plus beaux habits car nous allons ce soir danser