Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Texte - Page 5

  • Ce qui me guide

    Extrait de Centisumus annus de Jean-Paul II :
    « Il n'est pas mauvais de vouloir vivre mieux, mais ce qui est mauvais, c'est le style de vie qui prétend être meilleur quand il est orienté vers l'avoir et non vers l'être, et quand on veut avoir plus, non pour être plus, mais pour consommer l'existence avec une jouissance qui est à elle-même sa fin. Il est donc nécessaire de s'employer à modeler un style de vie dans lequel les éléments qui déterminent les choix de consommation, d'épargne et d'investissement soient la recherche du vrai, du beau et du bon, ainsi que la communication avec les autres hommes pour une croissance commune ».
    Modeler un style de vie ! Quels sont les styles de vie que nous adoptons concrètement pour répondre aujourd'hui à la fureur moderne, à la société consumériste qui prend nos vies en otage entre le préservatif et le billet vert. On entend beaucoup les catholiques – à juste titre, me semble-t-il, s'ils refusent que la création, à commencer par l'homme, soit dénaturée – critiquer le préservatif, mais rien ou presque contre le « billet vert », l'ordre économique libéral, la publicité agressive, le consumérisme. Nous vivons très bien comme les autres. C'est un mystère quand même.

  • Thibon et la révolution technique

    En 1985, en avant-propos à Diagnostics, un livre écrit entre 1937 et 1939 (dont plusieurs chapitres sont d’une étonnante actualité au regard de notre propos et du développement de la civilisation technicienne qui broie l’âme humaine), Thibon écrivait : « La révolution technique appelle, exige une révolution spirituelle – celle-ci ne pouvant être, selon l’expression de Simone Weil, que “le retour à un ordre éternel momentanément perturbé”. Un ordre fondé à la base sur le respect de la nature et de ses limites et au sommet sur le retour à Dieu, seul dispensateur d’un infini qui nous attend dans l’éternité et que nous cherchons pour notre ruine sur la terre et dans le temps ».
    Respect de la nature et de ses limites, pourquoi, est-ce que nous, catholiques, nous n'y pensons pas assez ?
    Retour à Dieu, pourquoi les écologistes, l'évacuent-ils alors qu'il n'y a pas de création sans Créateur ?