Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Question de la semaine - Page 4

  • La question de la semaine intéresse-t-elle les dames ?

    Il semble que la question de la famille intéresse surtout les hommes. Depuis samedi, les dames se sont peu manifestées. Leurs avis seraient pourtant intéressants à avoir et peut-être apporteraient-elles des nuances ou des compléments profitables à tous…

     

  • Question de la semaine : la famille

     

    medium_Treize-2.jpg

     

    Que vous inspire cette affirmation :

    L'institution la plus essentielle à conserver est la famille. La meilleure façon de rendre un service à la société est de donner la vie à des enfants, de les ouvrir à l'admiration et de leurs transmettre les vérités permanentes. 

    Que doit-on faire pour encourager les familles ? Que pensez-vous des solutions de salaire maternel, de salaire parental ou d'allocation parental, etc. ? Les familles nombreuses sont-elles un bien ou un poids pour la société ? 

     

  • Précision sur l'avortement et la contraception

     

    medium_pilule.jpg

    Notre amie Marie-Françoise (cf. son dernier commentaire) réagit avec sa vivacité habituelle à une partie de la question de la semaine, celle où je demande qui a prononcé ces paroles :

    « Comment l’avortement est un choix technique.
    « Comment la contraception pose le problème de la dépendance envers la technique dans la construction de la liberté individuelle ».
     
    Dans la réaction de Marie-Françoise, il y a une erreur de perspective, même si ce qu’elle dit est tout à fait juste. En déclarant,
    « Comment l’avortement est un choix technique. Comment la contraception pose le problème de la dépendance envers la technique dans la construction de la liberté individuelle », cette personnalité politico-médiatique montrait, devant un public habituellement méfiant envers la technique, que l’avortement et la contraception n’y échappent pas.
    Autrement dit, il remettait en cause de cette manière – incomplète, certes – ces deux fléaux acceptés sans question par le public auquel il s’adressait. Il remettait donc en cause le comportement de ses propres amis, de son public habituel et, peut-être même, le sien propre.
    Son approche est incomplète. Mais elle n’est pas inintéressante.
    Qui est cette personnalité ? La question reste entière !