Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2011

Propriété privée et bien commun

Sur le blog de l'Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon, Cyril Brun consacre un bon article aux rapports entre droit à la propriété privée, destination universelle des biens et bien commun.

On constate avec satisfaction que la primauté du bien commun fait ainsi sa réappararition dans le cadre de la réflexion politique catholique. Très justement l'auteur note que le respect de la destination universelle des biens passe par la large diffusion de la propriété privée. Un rapport paradoxal, que Cyril Brun met bien en évidence, comme avant lui l'école distributiste, avec Chesterton et Belloc, ou en France les travaux de Louis Salleron, notamment avec son livre Diffuser la propriété


Image 1.png



Voici un extrait du texte de Cyril Brun : 

Tous les biens terrestres appartiennent en commun et indistinctement à tout le genre humain. Ils sont à la disposition de tous selon les principes de la justice et de la charité. Ce qui faisait dire à saint Basile : « mon superflu est le vol du nécessaire des autres. » Les biens terrestres doivent en effet servir au bien de tous et à procurer à ceux qui sont dans le besoin des conditions de vie plus humaines. Ils sont destinés à satisfaire les besoins de tous les hommes. En effet, « avec la terre, la principale ressource de l’homme, c’est l’homme lui-même. » Par-là Jean-Paul II signifie que le bien par excellence qui est destiné à tous c’est l’homme lui-même. Aussi la tâche primordiale, qui commande tout développement humain, est-elle d’éveiller l’homme à lui-même, par l’éducation afin qu’il puisse faire un usage responsable de sa liberté. Au plan international, ce principe fonde l’étroite solidarité des peuples dans la mise en œuvre des richesses du monde pour un mieux-être de l’humanité. Ainsi, un État ne peut-il refuser sans cause juste et raisonnable l’accès de son territoire à des étrangers privés de ressources. Mais l’accueil ne peut se faire au détriment de l’équilibre et du bien-être du pays. « Il s’agit, rappelait Pie XII en 1941, de réaliser une meilleure distribution des hommes sur la surface que Dieu a créée et préparée pour l’usage de tous. » À l’intérieur même d’une nation, il faut « ramener aux exigences du Bien Commun et aux normes de la justice sociale la distribution des ressources du monde. » (Quadragesimo AnnoOr cela passe donc par une plus large diffusion de la propriété privée. En effet, seule l’extension à tous de la propriété privée rendra possible la réalisation du droit qui concède à tous l’usage des biens matériels. Mais ne nous trompons pas, ce droit à la propriété privée est second. Il n’est qu’un moyen de réaliser le droit premier et fondamental de la destination universelle des biens.

 

 

Les commentaires sont fermés.