Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2009

Encore Jacques Julliard...

Image 1.pngNotamment pour sa dernière chronique du Nouvel observateur qu'il consacre à Simone Weil. Il n'hésite pas à faire l'éloge de l'inconfort, appelant à sa rescousse Simone Weil donc, mais aussi Kierkegaard, Bernanos (pas étonnant), Dostoïevski et un certain Chesterton (tiens, tiens). « Le climat spirituel propre au christianisme, écrit le chroniqueur, est celui de l'inconfort, de la révolte permanente (oui, mais contre le péché et ses effets, si je puis me permettre, ndlr) et de la contradiction ». Julliard en profite pour rappeler le beau texte de Simone Weil sur les partis politiques, paru en 2006 chez Climats.

Inconfort, donc ! C'est bien. Mais, alors pourquoi, le même Julliard dans le même numéro (p. 128) dit n'importe quoi à propos de la décision de Benoît XVI concernant Pie XII. Il demande : « était-il vraiment urgent, était vraiment indiqué de promouvoir à l'honneur suprême le pape le plus controversé du XXe siècle ? »

Une telle question, après avoir magnifié l'inconfort chrétien ?

Une décision « urgente » alors que nous sommes en 2009 et que la Seconde Guerre mondiale s'est déroulée entre 1939 et 1945 ? On a vu des hommes mis au Panthéon beaucoup plus rapidemment...

« Vraiment indiqué » alors que le propre du christianisme selon Julliard se situe dans « l'inconfort, la récolte permanente et la contradiction » ?

Tout cela pour nous dire qu'il « y a belle lurette que la béatification d'un personnage par l'Église n'est plus, ou plus seulement, un acte religieux, c'est d'abord un acte politique ».

Mais justement, si c'était le cas, Pie XII ne serait pas reconnu vénérable.  Car ce geste est peut-être ce qu'il y a de plus anti-politique aujourd'hui. C'est un geste d'inconfort, de révolte permanente et de contradiction. Pas un geste politique !

Julliard demande encore : « Alors pourquoi pas Pie XI, antinazi déclaré ? » Parce que justement, il ne s'agit pas d'un acte politique et que d'autres éléments entrent en ligne de compte pour reconnaître un homme comme vénérable.

Pour le coup, ce sont les propos de Julliard qui relève de la politique et du calcul. En un mot, du confort.

D'autant que Jacques Julliard le catholique sait très bien qu'il ne s'agit pas d'une « béatification », mais de la reconnaissance des vertus héroïques qui doivent être sanctionner par un miracle pour arriver au stade de la béatification.


21/12/2009

Une vision pour notre temps

Image 1.png

Certainement, l'avez-vous déjà lu ? Mais, permettez-moi de m'attarder sur le message du Pape Benoît XVI pour la Journée mondiale de la paix qui se déroulera le 1er janvier prochain. Intitulé, « Si tu veux construire la paix, protège la création », ce message est profondément ratzinguérien. Je renvoie pour cela aux pages écrites ici au sujet d'un livre signé du cardinal Ratzinger (ICI, , et ).

Ce nouveau message, qui s'inscrit également dans la suite de certains textes du pape Jean-Paul II et lds messages précédents de Benoît XVI, résume bien les raisons d'être de ce modeste blogue. Les passages ci-dessous l'expriment bien, me semble-t-il. Les intertitres sont de Caelum et Terra.


À la racine une vision de l'homme

« Toutefois, il faut considérer que la crise écologique ne peut être appréhendée séparément des questions qui s'y rattachent, étant profondément liée au concept même de développement et à la vision de l'homme et de ses relations avec ses semblables et avec la création. Il est donc sage d'opérer une révision profonde et perspicace du modèle de développement, et de réfléchir également sur le sens de l'économie et de ses objectifs, pour en corriger les dysfonctionnements et les déséquilibres. L'état de santé écologique de la planète l'exige; la crise culturelle et morale de l'homme le requiert aussi et plus encore, crise dont les symptômes sont évidents depuis un certain temps partout dans le monde.[8] L'humanité a besoin d'un profond renouvellement culturel; elle a besoin de redécouvrir les valeurs qui constituent le fondement solide sur lequel bâtir un avenir meilleur pour tous. Les situations de crise qu'elle traverse actuellement - de nature économique, alimentaire, environnementale ou sociale - sont, au fond, aussi des crises morales liées les unes aux autres. Elles obligent à repenser le cheminement commun des hommes. Elles contraignent, en particulier, à adopter une manière de vivre basée sur la sobriété et la solidarité, avec de nouvelles règles et des formes d'engagement s'appuyant avec confiance et avec courage sur les expériences positives faites et rejetant avec décision celles qui sont négatives. Ainsi seulement, la crise actuelle devient-elle une occasion de discernement et de nouvelle planification. »


La responsabilité de l'homme

« L'harmonie entre le Créateur, l'humanité et la création, que l'Écriture Sainte décrit, a été rompue par le péché d'Adam et d'Ève, de l'homme et de la femme, qui ont désiré prendre la place de Dieu, refusant de se reconnaître comme ses créatures. En conséquence, la tâche de «soumettre» la terre, de la «cultiver et de la garder» a été altérée, et entre eux et le reste de la création est né un conflit (cf. Gn 3, 17-19). L'être humain s'est laissé dominer par l'égoïsme, en perdant le sens du mandat divin, et dans sa relation avec la création, il s'est comporté comme un exploiteur, voulant exercer sur elle une domination absolue. Toutefois, la véritable signification du commandement premier de Dieu, bien mis en évidence dans le Livre de la Genèse, ne consistait pas en une simple attribution d'autorité, mais plutôt en un appel à la responsabilité. Du reste, la sagesse des anciens reconnaissait que la nature est à notre disposition, non pas comme «un tas de choses répandues au hasard»,[10] alors que la Révélation biblique nous a fait comprendre que la nature est un don du Créateur, qui en a indiqué les lois intrinsèques, afin que l'homme puisse en tirer les orientations nécessaires pour «la garder et la cultiver » (cf. Gn 2, 15).[11] Tout ce qui existe appartient à Dieu, qui l'a confié aux hommes, mais non pour qu'ils en disposent arbitrairement. Quand, au lieu d'accomplir son rôle de collaborateur de Dieu, l'homme se substitue à Lui, il finit par provoquer la rébellion de la nature «plus tyrannisée que gouvernée par lui».[12] L'homme a donc le devoir d'exercer un gouvernement responsable de la création, en la protégeant et en la cultivant. »


Le caractère moral de l'économie

« Il n'est pas difficile dès lors de constater que la dégradation de l'environnement est souvent le résultat du manque de projets politiques à long terme ou de la poursuite d'intérêts économiques aveugles, qui se transforment, malheureusement, en une sérieuse menace envers la création. Pour contrer ce phénomène, en s'appuyant sur le fait que «toute décision économique a une conséquence de caractère moral»,[16] il est aussi nécessaire que l'activité économique respecte davantage l'environnement. Quand on utilise des ressources naturelles, il faut se préoccuper de leur sauvegarde, en en prévoyant aussi les coûts - en termes environnementaux et sociaux -, qui sont à évaluer comme un aspect essentiel des coûts mêmes de l'activité économique. Il revient à la communauté internationale et aux gouvernements de chaque pays de donner de justes indications pour s'opposer de manière efficace aux modes d'exploitation de l'environnement qui lui sont nuisibles. Pour protéger l'environnement, pour sauvegarder les ressources et le climat, il convient, d'une part, d'agir dans le respect de normes bien définies, également du point de vue juridique et économique, et, d'autre part, de tenir compte de la solidarité due à ceux qui habitent les régions plus pauvres de la terre et aux générations futures. »


Changer de style de vie

« il est nécessaire que les sociétés technologiquement avancées soient disposées à favoriser des comportements plus sobres, réduisant leurs propres besoins d'énergie et améliorant les conditions de son utilisation (...).Je souhaite donc l'adoption d'un modèle de développement basé sur le caractère central de l'être humain, sur la promotion et le partage du bien commun, sur la responsabilité, sur la conscience d'un changement nécessaire des styles de vie et sur la prudence, vertu qui indique les actes à accomplir aujourd'hui en prévision de ce qui peut arriver demain. »


Sortir de la consommation

« Il est nécessaire, enfin, de sortir de la logique de la seule consommation pour promouvoir des formes de production agricole et industrielle respectueuses de l'ordre de la création et satisfaisantes pour les besoins essentiels de tous. La question écologique ne doit pas être affrontée seulement en raison des perspectives effrayantes que la dégradation environnementale dessine à l'horizon; c'est la recherche d'une authentique solidarité à l'échelle mondiale, inspirée par les valeurs de la charité, de la justice et du bien commun, qui doit surtout la motiver. »


La technique n'est pas un absolu

« «la technique n'est jamais purement technique. Elle montre l'homme et ses aspirations au développement, elle exprime la tendance de l'esprit humain au dépassement progressif de certains conditionnements matériels. La technique s'inscrit donc dans la mission de «cultiver et de garder la terre» (cf. Gn 2, 15), que Dieu a confiée à l'homme, et elle doit tendre à renforcer l'alliance entre l'être humain et l'environnement appelé à être le reflet de l'amour créateur de Dieu ».


Un véritable changement moral et... politique

Il apparaît toujours plus clairement que le thème de la dégradation environnementale met en cause les comportements de chacun de nous, les styles de vie et les modèles de consommation et de production actuellement dominants, souvent indéfendables du point de vue social, environnemental et même économique. Un changement effectif de mentalité qui pousse chacun à adopter de nouveaux styles de vie, selon lesquels «les éléments qui déterminent les choix de consommation, d'épargne et d'investissement soient la recherche du vrai, du beau et du bon, ainsi que la communion avec les autres hommes pour une croissance commune», devient désormais indispensable. On doit toujours plus éduquer à construire la paix à partir de choix de grande envergure au niveau personnel, familial, communautaire et politique.


Défendre la Création plutôt qu'un écologisme horizontal et anti-humain

« une conception correcte de la relation de l'homme avec l'environnement ne conduit pas à absolutiser la nature ni à la considérer comme plus importante que la personne elle-même. Si le Magistère de l'Église exprime sa perplexité face à une conception de l'environnement qui s'inspire de l'éco-centrisme et du bio-centrisme, il le fait parce que cette conception élimine la différence ontologique et axiologique qui existe entre la personne humaine et les autres êtres vivants. De cette manière, on en arrive à éliminer l'identité et la vocation supérieure de l'homme, en favorisant une vision égalitariste de la «dignité» de tous les êtres vivants. On se prête ainsi à un nouveau panthéisme aux accents néo-païens qui font découler le salut de l'homme de la seule nature, en son sens purement naturaliste. L'Église invite au contraire à aborder la question de façon équilibrée, dans le respect de la «grammaire» que le Créateur a inscrite dans son œuvre, en confiant à l'homme le rôle de gardien et d'administrateur responsable de la création, rôle dont il ne doit certes pas abuser, mais auquel il ne peut se dérober. »


La technique comme absolu est aussi un danger

« la position contraire qui absolutise la technique et le pouvoir humain, finit par être aussi une grave atteinte non seulement à la nature, mais encore à la dignité humaine elle-même. »


Ce message du Pape, que l'on trouvera dans son intégralité ICI s'adresse aux hommes de bonne volonté, mais aussi aux Catholiques. Il est grand temps que la défense de la culture de vie ne se limite pas seulement aux questions touchant la morale sexuelle, qu'il s'agit bien sûr de ne pas oublier, mais s'étende à toutes les dimensions de la vie humaine.


09/12/2009

Et si on écoutait Maurice Allais ?

 

Image 3.pngL'hebdomadaire Marianne vient de publier dans son dernier numéro (5 au 11 décembre 2009) un document signé Maurice Allais, prix Nobel d'économie, et intitulé Lettre aux Français. Alors que nous traversons une crise importante, le seul Français Prix Nobel d'économie n'est jamais sollicité pour donner à ses concitoyens ses explications des phénomènes dramatiques que nous vivons. Ce sujet est l'objet de la dernière partie de cette Lettre aux Français qui mérite d'être lue crayon en main.

Sur le silence des médias français à son encontre, Maurice Allais s'interroge. Il constate, comme nous pouvons le faire, que ceux qui n'avaient pas vu venir la crise et qui défendaient le système en place avant le déclenchement de celle-ci, sont toujours là, à nous expliquer les raisons de ce bouleversement économique et financier et les moyens à mettre en œuvre pour en sortir. Ce constat pousse le Prix Nobel à s'e demander quel lien existe entre les grands médias et les « intérêts qui souhaitent que l'ordre économique actuel, qui fonctionne à leur avantage, perdure tel qu'il est. Parmi eux se trouvent en particulier les multinationales qui sont les principales bénéficiaires, avec les milieux boursiers et bancaires, d'un mécanisme économique qui les enrichit, tandis qu'il appauvrit la majorité de la population française mais aussi mondiale ». D'où les trois questions que pose Maurice Allais :


1°) « quelle est la liberté véritable des grands médias ? » ;

2°) « qui détient le pouvoir de décider qu'un expert est ou non autorisé à exprimer un libre commentaire dans la presse ? » ;

3°) « pourquoi les causes de la crise (...) sont-elles souvent le signe d'une profonde incompréhension de la réalité économique ? ».


Les fondements de la crise, Maurice Allais en voit deux. Cette analyse forme la partie principale de son intervention. La principale cause de la crise économique se trouve selon lui dans l'organisation mondiale du commerce ; la seconde étant le système bancaire. À ce titre, il stigmatise la récente dénonciation du G20 stipulant que le « protectionnisme » est dangereux et à bannir. Pour Allais, le protectionnisme est au contraire vertueux à condition qu'il s'exerce « entre pays de niveaux de vie très différents ». Il est alors « non seulement justifié, mais absolument nécessaire ». Au contraire, le protectionnisme entre pays à salaire comparable « n'est pas souhaitable en général ». Pour Maurice Allais, le chômage actuel « est dû à cette libéralisation totale du commerce » qui considère « les échanges comme un objectif en soi alors qu'ils ne sont que des moyens ». Partant donc du constat que « du chômage résultent des délocalisations elles-mêmes dues aux trop grandes différences de salaire » il préconise « de rétablir une légitime protection » à travers la recréation d'espaces régionaux économiques et sociaux homogènes, soit au sein des pays dits riches ou du côté des pays en voie de développement. Avec de telles régions, ces pays, en effet, pourraient développer « un marché interne suffisamment vaste pour soutenir leur production, mais suffisamment équilibré aussi pour que la concurrence interne ne repose pas uniquement sur le maintien des salaires bas ».

Image 4.pngAu début de son article, Maurice Allais se définit à la fois comme socialiste et libéral ; socialiste par souci de « l'équité de la redistribution des richesses » et libéral par souci « de l'efficacité de la production de cette même richesse ». Les mots ne prennent pas en compte toute la réalité du problème, socialisme et libéralisme trouvant des racines communes dans le matérialisme. Mais ils expriment bien une certaine orientation, une certaine ambition, qui consistent à refuser l'étatisme mais à ne pas se désintéresser de la justice sociale et à désirer l'efficacité économique dans la mesure où elle peut servir au plus grand nombre.

Sans forcément partager toutes ses opinions, il est clair que l'on aurait intérêt à lire et à entendre aujourd'hui Maurice Allais. Il est âgé de 98 ans. N'attendons pas qu'il soit trop tard...

 

Pour aller plus loin, un site consacré à Maurice Allais : ICI.