Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2009

Et si on écoutait Maurice Allais ?

 

Image 3.pngL'hebdomadaire Marianne vient de publier dans son dernier numéro (5 au 11 décembre 2009) un document signé Maurice Allais, prix Nobel d'économie, et intitulé Lettre aux Français. Alors que nous traversons une crise importante, le seul Français Prix Nobel d'économie n'est jamais sollicité pour donner à ses concitoyens ses explications des phénomènes dramatiques que nous vivons. Ce sujet est l'objet de la dernière partie de cette Lettre aux Français qui mérite d'être lue crayon en main.

Sur le silence des médias français à son encontre, Maurice Allais s'interroge. Il constate, comme nous pouvons le faire, que ceux qui n'avaient pas vu venir la crise et qui défendaient le système en place avant le déclenchement de celle-ci, sont toujours là, à nous expliquer les raisons de ce bouleversement économique et financier et les moyens à mettre en œuvre pour en sortir. Ce constat pousse le Prix Nobel à s'e demander quel lien existe entre les grands médias et les « intérêts qui souhaitent que l'ordre économique actuel, qui fonctionne à leur avantage, perdure tel qu'il est. Parmi eux se trouvent en particulier les multinationales qui sont les principales bénéficiaires, avec les milieux boursiers et bancaires, d'un mécanisme économique qui les enrichit, tandis qu'il appauvrit la majorité de la population française mais aussi mondiale ». D'où les trois questions que pose Maurice Allais :


1°) « quelle est la liberté véritable des grands médias ? » ;

2°) « qui détient le pouvoir de décider qu'un expert est ou non autorisé à exprimer un libre commentaire dans la presse ? » ;

3°) « pourquoi les causes de la crise (...) sont-elles souvent le signe d'une profonde incompréhension de la réalité économique ? ».


Les fondements de la crise, Maurice Allais en voit deux. Cette analyse forme la partie principale de son intervention. La principale cause de la crise économique se trouve selon lui dans l'organisation mondiale du commerce ; la seconde étant le système bancaire. À ce titre, il stigmatise la récente dénonciation du G20 stipulant que le « protectionnisme » est dangereux et à bannir. Pour Allais, le protectionnisme est au contraire vertueux à condition qu'il s'exerce « entre pays de niveaux de vie très différents ». Il est alors « non seulement justifié, mais absolument nécessaire ». Au contraire, le protectionnisme entre pays à salaire comparable « n'est pas souhaitable en général ». Pour Maurice Allais, le chômage actuel « est dû à cette libéralisation totale du commerce » qui considère « les échanges comme un objectif en soi alors qu'ils ne sont que des moyens ». Partant donc du constat que « du chômage résultent des délocalisations elles-mêmes dues aux trop grandes différences de salaire » il préconise « de rétablir une légitime protection » à travers la recréation d'espaces régionaux économiques et sociaux homogènes, soit au sein des pays dits riches ou du côté des pays en voie de développement. Avec de telles régions, ces pays, en effet, pourraient développer « un marché interne suffisamment vaste pour soutenir leur production, mais suffisamment équilibré aussi pour que la concurrence interne ne repose pas uniquement sur le maintien des salaires bas ».

Image 4.pngAu début de son article, Maurice Allais se définit à la fois comme socialiste et libéral ; socialiste par souci de « l'équité de la redistribution des richesses » et libéral par souci « de l'efficacité de la production de cette même richesse ». Les mots ne prennent pas en compte toute la réalité du problème, socialisme et libéralisme trouvant des racines communes dans le matérialisme. Mais ils expriment bien une certaine orientation, une certaine ambition, qui consistent à refuser l'étatisme mais à ne pas se désintéresser de la justice sociale et à désirer l'efficacité économique dans la mesure où elle peut servir au plus grand nombre.

Sans forcément partager toutes ses opinions, il est clair que l'on aurait intérêt à lire et à entendre aujourd'hui Maurice Allais. Il est âgé de 98 ans. N'attendons pas qu'il soit trop tard...

 

Pour aller plus loin, un site consacré à Maurice Allais : ICI.

Commentaires

Refuser l'étatisme sans se désintéresser de la justice sociale me semble une approche "saine"...

Mais je dois faire remarquer que la crise actuelle avait été prévue par Jimmy Golsdsmidt au début des années 90 à travers son ouvrage "Le Piège" et que, si la crise a indéniablement aggravé la situation de l'emploi et surtout de nos finances publiques, les choses n'allaient pas si bien que cela avant qu'elle n'éclate.

Nous arrivons vraisemblablement au "point d'équilibre" de la progression de la société de consommation de masse: soit la crise continue jusqu'à la faillite publique, soit la reprise va s'accompagner d'une inflation qui, dans les pays post-industriels et post-agricoles, remettra de toutes façons en cause la consommation.

L'heure approche où la valorisation des "produits du terroir" va s'imposer.

Écrit par : JEAN DU TERROIR | 10/12/2009

Les commentaires sont fermés.