Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2008

La Tyrannie technologique

0be36b537365decee92347b919a56a01.jpgTéléphones portables, iPod, agendas électroniques sont devenus aujourd’hui des objets très accessibles. Un regard dans la rue, et la démonstration est faite. Un voyage en train et les sonneries de téléphone crépitent. Une fin de réunion et les agendas sortent des vestons. Une sortie d'école et la musique s'envole.
Face à cette déferlante, le livre La Tyrannie technologique, critique de la société numérique, ne fera certainement pas le poids. Publié par une petite maison d’éditions (1), il n’aura pas le bonheur d’être distribué à grande échelle. Pas de distribution pour les ennemis de la distribution. Logique ! Au demeurant, c’est un livre qu’il convient de lire, non pour conclure toujours et partout dans le même sens que les auteurs, mais pour sortir au moins le temps d’une lecture de l’unanimisme panurgien qui est trop souvent le nôtre devant la société numérique.
Depuis une dizaine d’années, nous assistons à un accroissement de la place (sans parler des parts du sacro-saint marché) prise par les produits technologiques censés améliorer notre quotidien sans que nous prenions le temps de nous interroger sur cette véritable révolution et ses éventuelles conséquences. Les chiffres parlent : 80 % de la population française possède aujourd’hui un téléphone portable contre moins de 5 % dix ans plus tôt. Pourquoi, et comment, ce qui n’apparaissait que comme un rêve est devenu une « nécessité absolue » pour autant de nos concitoyens ?
Posée ainsi, la question risque d’être encore piégée. Elle isole un produit alors qu’il n’est que le révélateur d’un problème plus large. Si la question ne tourne qu’autour du téléphone portable, les arguments ne manquent pas pour dire son utilité dans telle ou telle circonstance. Même chose pour la télévision ! Isolée comme problème, elle trouve, pour sa défense, autant d’avocats qu’il y a de bonnes émissions et d’excellents films qui sont diffusés au moins une à deux fois par an.
L’intérêt de ce livre est justement de refuser d’isoler tel produit comme problème pour s’interroger sur le phénomène de société que révèlent ces produits considérés dans leur globalité. Même s’ils s’appuient sur des exemples précis, les auteurs les envisagent toujours dans leurs conséquences sociales. Il ressort de ces études que les nouvelles technologies sont non seulement les produits fétiches d’industries soucieuses avant tout de rentabilité, mais qu’elles détruisent les formes anciennes de sociabilité et d’organisation en promouvant l’individualisme, la vitesse, l’immédiateté, la superficialité, le profit… Hasard ?
En tant que catholiques, nous pouvons ajouter que le matérialisme et l’impossibilité de la contemplation et du silence (et Dieu se révèle dans le silence) sont aussi les fruits amers de cette techonologie omniprésente, omnidévorante.


1°) Cédric Biagini, Guillaume Carnino, Celia Izoard, et collectif, La Tyrannie technologique, critique de la société, L’Échappée, 256 p., 12€. Sur les éditions L'Échappée, j'ai déjà exprimé quelques réserves ici.

Commentaires

Je ne suis pas d'accord avec le titre. J'ai un téléphone portable dont je me sers deux ou trois fois par mois, quand il peut réellement me servir. Mon téléphone n'a jamais exigé que je m'en serve plus souvent. Ce n'est pas là qu'est la tyrannie.

Écrit par : Yves Daoudal | 01/02/2008

La tyrannie n'est peut être pas dans la technologie, mais dans le système économique qui fait en sorte que les appareils aient une durée de vie limitée, soit en raison de leur manque de solidité, soit en raison de la mode. Certains individus sont très sensibles à l'influence de la publicité.
Il faut en général attendre quelques années avant de faire l'acquisition d'un nouvel équipement. Afin que les prix baissent et qu'une certaine fiabilité se mette en place. Et parfois aussi pour qu'un standard s'établisse.
Un de mes collègues était enchanté d'avoir fait une bonne affaire en achetant un magnétoscope, il y a de nombreuses années. Seulement il s'agissait d'un modèle au standard bétamax, standard qui bien que techniquement supérieur fut éradiqué par le « marketing » du VHS.

Et si on peut éviter d'enrichir les multinationales...
Par exemple j'utilise Linux, qui est gratuit, au lieu de Windows sur mon ordinateur.

Écrit par : BOGOMIR | 01/02/2008

bon article, bravo monsieur ! Savez vous ce que j'ai redécouvert en me libérant du portable et même du micro-ondes (avec cinq enfants, si,si, on peut) le silence et son apaisement, et même une certaine sensation de liberté : je ne suis plus joignable à tous bouts de champs .

Écrit par : bénédicte | 01/02/2008

A ce compte, on n'arrivera jamais à identifier toutes les découvertes aliénantes de la société moderne, depuis la cuisson des aliments jusqu'à la traction mécanique en passant par l'imprimerie... L'homme a toujours eu un tas de raison pour éviter de penser aux autres et encore plus à Dieu ! Et encore plus d'excuses !
Personnellement, je ne trouve pas que le Palm soit plus aliénant que le Quovadis de poche et je n'attribue pas à mon téléphone portable le peu de temps que je consacre à l'oraison.
Il y a beaucoup de choses à changer dans nos têtes et dans nos coeurs avant que de vouloir (ou afin de pouvoir...) réformer l'économie de la société, non ?

Écrit par : Antoine | 02/02/2008

@ Antoine, je ne suis pas d'accord avec vous . bien entendu, le portable n'est pas responsable à nos places du peu de temps que l'on consacre à l'oraison , mais pour ne parler que du temps , il me semble qu'on ne l'a jamais tant perdu qu'en essayant de le gagner . par exemple, je me suis débarassée aussi il y a longtemps du robot ménager à tout faire, cadeau de mariage, car je passais plus de temps à le nettoyer qu'à l'utiliser . Autre exemple : nous avons décidé de nous passer d'une voiture chez nous, celle que mon mari utilise pour aller travailler . perte de temps ? Je suis mère de cinq enfants . Si nous gardions cette voiture, à la fin de mon congé parental, je serai contrainte de retravailler afin de subvenir aux besoins de cette belle mécanique (essence, frais de payage, entretien, assurance) . Ou se trouve, dans ce cas de figure , la modernité ? dans l'obligation sociale de faire comme tout le monde ou dans la réflexion que l'on peut avoir pour savoir rester libre / aux outils qui remplissent nos vies ? et je dis bien remplir , j'ai même une image pleine de sens : les astronautes prennent aujourd'hui des risques en allant dans l'espace : il y a tellement de satellites autours de la terre, pour espionner son voisin, son concurent, pour montrer à Mr Dupont son chemin sur GPS, pour vous permettre de téléphoner à toutes heures, ect, qu'il devient improbable de quitter la terre sans risquer heurter l'un d'eux . et bien il en est de même pour nos pensées : nous possédons tellement d'objets que je crois que la réflexion essentielle humaine est de plus en plus inaccessible . Ainsi, à l'heure où je parle, un de mes enfants joue avec un canard de bain qui clignote (à pile !!!) , que lui a offert une de mes amies , sachant que nous n'avons pas de baignoire ! parallèlement, on nous recommande officiellement de savoir ne plus gaspiller, parallèlement, plus d'un milliard de gens meurent de faim . Si ça, ce n'est pas marcher sur la tête ....il me semble qu'il relève du devoir de chrétien de consacrer ce qu'il possède autant qu'il le peut à soulager son prochain plutôt que son addiction à l'objet entretenue par la publicité .

Écrit par : bénédicte | 03/02/2008

Bénédicte, où est votre désaccord ? je vous dis que tout ça c'est dans la tête et vous me répondez que pour vous, non, puisque tout va mieux depuis que vous avez décidé de jeter le robot et d'abandonner la voiture ! Faites-en donc autant pour le canard et tout ira mieux ;-)

Écrit par : Antoine | 03/02/2008

le canard???? sous-entendez-vous que mon propos est politique ? drôle de vue . Mon désaccord réside dans le fait que parlez de changez d'abord par la pensée que par les actes, je pense que les deux vont de paire . Pour être très concrète , un abonnement au portable qoûte environ vongt euros, le prix d'un parrainage d'enfant . Pour certains, le portable est nécessaire à cause de leurs emplois, pour d'autres, cela vaut le coût de se poser la question tout de suite . Nous sommes bien sur un site catholique, ou me serais-je trompée ?

Écrit par : bénédicte | 03/02/2008

aimes ton prochain comme toi-même, c'est bien le second commandement de notre seigneur jésus-christ , évitez de parlez de gauche dès que l'on parle de charité, c'est une excuse à l'immobilisme que j'ai déjà beaucoup entendue et qui me navre , rien ne vous empêche d'assumer votre postion sans l'invoquer .

Écrit par : bénédicte | 03/02/2008

désolée pour toutes les coquilles et fautes de ma première réponse à antoine, mais vraiment , ce genre de propos est bien agaçant et inadéquat par les temps qui courrent , déjà bien pernicieux et flatteurs de tous nos égoïsmes .

Écrit par : bénédicte | 03/02/2008

je parlais du canard à pile de votre fils... !!!!
je pense donc que vous sur-réagissez ! en assénant votre vision et sans tenter de comprendre l'autre et tout ça en préchant la charité !... j'en reste là, c'est préférable ! Mais merci pour la bonne rigolade !

Écrit par : Antoine | 03/02/2008

vous avez raison, ma réaction est vraiment
risible, et j'en ris . C'est vrai j'ai sur-réagis. Cette réaction est dûe à pas mal d'autres paroissiales où l'imobilisme et la méfiance sont vraiment de rigueur , ainsi que des amalgames politiques idiots, et des réflexions déplacées . Pardonnez moi de vous les avoir prêtés ! oh moins vous me détendez !!

Écrit par : bénédicte | 03/02/2008

sans rancune !
si vous regardez mon blog, vous verrez que je suis dans l'action : fabrication de bons produits, naturels, qui parlent de la Création et du Créateur...
Amicalement

Écrit par : Antoine | 03/02/2008

merci Antoine . Vous savez, je pense que vous êtes un peu providentiel, car en effet, j' arrive à un stade où je n'ai plus de recul, à force de prendre des mauvaises nouvelles du monde . je vais donc restreindre un peu aussi l'utilisation du pc quelques temps ! mais pas avant d'avoir visité votre blog ! Quel est-il svp ?

Écrit par : bénédicte | 03/02/2008

Oui, Bénédicte, il faut relativiser ! Pas notre foi et nos convictions, mais la façon dont nous percevons ce qui nous entoure : comme notre Pape et comme le Christ qui réaffirment les vérités mais sont pleins de mansuétude pour les hommes quels qu'ils soient. Ce que je veux dire, ce n'est pas qu'il faille relativiser le mal, présent partout depuis le péché originel, mais comprendre que nous, qui savons tant de choses, sommes souvent plus coupables par nos manquements accumulés que d'autres qui favorisent des maux plus grands par ignorance... Je ne veux pas tomber dans l'irénisme, mais seulement sire qu'il me semble que si chacun faisait son boulot à son niveau, correctement, à commencer par nous, eh bien ce serait une façon de progresser et souvent nous accusons l'immobilisme des autres pour nous donner bonne conscience de ne rien faire...
Au-delà de mon préchi-précha, voilà mon blog : www.sombreval.com/luxaeterna
UDP

Écrit par : Antoine | 03/02/2008

Bonjour Antoine . Votre blog est bien sympathique . J'avais regardé sur Arte "la guerre des camemberts" , très bon reportage . J'ai aussi fait un blog et une association de consomateurs : http://www.amda-de-la-boucle.rendez-vous-blog.com/ . Vous y trouverez encore mon prosélytisme , mais pas mon immobilisme . Peut-être que je ne suis pas en paix parce que je n'ai pas renoncer à une certaine omnipotence ... En tout cas, cette asso a pour but de favoriser ou développer les fermes agricoles dans notre région par des liens commerciaux en direct et de l'aide ponctuelle, comme autrefois (voir rubrique AMAP). On y favorise le bio, car celui-ci est encore trop peu développer dans la région . mais j'achète aussi bien des produits (dont fromage) AOC . Et je ne vis pas dans une région de bobos ! Et puis ce monde géré par les bourses où les pauvres et les riches le sont de plus en plus et de plus en plus rapidement, m'effraie . je parraine des enfants depuis des années, et bien c'est la première fois qu'un parrainage à cessé ...pour raison climatiques et politiques ! (trop d'innondations dans la région, ajoutez à cela, instabilités politiques et la régularité des courriers devenait trop incertaine) . je parraine encore des enfants au Vietnam, mais dans la région centre où des menaces similaires sous-tendent . Alors c'est vrai que lorsque des personnes accusent ces nouvelles d'être des discours politiques simplistes et pour moi, d'un âge révolu, ça laisse d'abord sans voix, puis ça agace ! Mais notre échange m'a fait comprendre que j'arrive à une limite où le doute l'emporte sur l'espérance chrétienne . Donc, merci .

Écrit par : bénédicte | 04/02/2008

Bonjour Bénédicte, je vous propose de poursuivre nos échanges par mails pour ne pas encombrer le blog de ce Cher P. Maxence. Voici le mien : agdb43(at)hotmail.com

Écrit par : Antoine | 04/02/2008

tout est dans l'usage, nous sommes bien d'accord . je ne me suis débarassée que d'une partie de ce qui ne m'est pas nécessaire, je ne rejette pas pour autant le progrès . je rejoins plutôt la pensée de Gandhi citée dans le dernier ouvrage de Jean-marie Pelt : les riches doivent vivre plus simplement pour que les pauvres puivent simplement vivre. bien-sûr, il s'agit là que d'un simple conseil . J'ai pris conscience de nos gâchis le jour où je me suis promenée dans une brocante d'un quartier chic . beaucoup d'enfants vendaient des jeux de Noël de très belle facture pas même ouverts ! les stands de vêtements s'écroulaient, les bibelots en tout genre débordaient . Quand je propose des vêtements d'enfants , personne n'en veut, pas même le secours catholique : il y en a trop . Avons nous besoin de tant de choses ?
Pour en revenir à jean vanier, pour moi, le prob réside dans le fait que le personnel cadrant n'a reçu aucune formation et est bénévole . Si la charité est la première des vertues, elle ne peut pas tout, et le Christ précise donc : comme toi-même, c'est à dire aussi, avec ce que l'on est capable de donner . Seul l'amour de Dieu est omnipotent .
De plus, la notion de "trouver son pauvre" lancée très innocemment par St Vincent de Paul, peut devenir très pernicieuse dans l'esprit de quelqu'un de fragile . dans le cas de l'arche que j'ai connu (St remy les Chevreuse) il y a quelques années maintenant, il est clair que de tels discours ont donné lieu à des déviances . Mais j'en ai également constaté en milieu laïque avec des éduc-spé ou des psy . ce ne son déjà pas des métiers évidents, alors sans formation....

Écrit par : bénédicte | 04/02/2008

Les commentaires sont fermés.