Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2007

Du potager de survie au jardin solidaire

29d6614a544dacb20fdc0d913fa8a0d5.jpg

Malgré son titre et son éditeur, qui pourraient laisser penser à un livre didactique et pesant, Du potager de survie au jardin solidaire de Philippe Delwiche est vraiment passionnant.
En s'intéressant au potager – lieu simple et sans histoire –, Philippe Delwiche montre que ce carré de nos jardins révèle beaucoup de l'histoire de l'homme. Les potagers existent depuis le moyen âge. Chez les paysans, bien sûr, mais aussi dans les monastères puisque les moines sont depuis toujours les rois de « l'autosuffisance ».
Les légumes de nos jardins ont aussi une histoire, parfois lointaine, quand ils ont été importés et cette histoire est souvent surprenante. Mais, si certains de nos légumes venaient d'ailleurs, que cultivait-on avant ? Des légumes aux noms inconnus aujourd'hui et que l'on commence parfois à redécouvrir : l'arroche, le panais, la bette, etc.
Le jardin est lié à une civilisation. Au moyen âge, voler un légume dans la région de Namur (ailleurs aussi sûrement) est puni d'une amende ou d'un pèlerinage. En chrétienté, la réparation  prend souvent la forme d'une marche vers un lieu saint.
Au XIXe siècle, l'exode rural ne conduit pas vers des lieux de prière, mais vers la création de jardins ouvriers. Vrai dans le Nord de la France ou en Belgique, ces jardins existent aussi à Saint-Etienne par exemple, où ils sont créés sous l'impulsion du père Volpette. Remercions l'auteur de citer l'action de l'abbé Jules Lemire, auteur du premier projet de loi en faveur du jardin de famille ouvrier. Lequel devait être « insaisissable, exempt d'impôts et de frais de successions ».
Devinez qui rejeta le projet ? Les socialistes de l'époque. En 1896, l'abbé Lemire créa alors la Ligue française de coin de terre et du foyer  qui rencontra un véritable succès. Les jardins d'ouvriers ne cessèrent de se développer jusqu'à s'élever au chiffre de 250 000 en 1945. Un bel exemple de l'action des catholiques sociaux.
Signalons qu'en 2002, évoquant directement l'abbé Lemire et le père Volpette, le sénateur UMP Christian Cointat a déposé une proposition de loi qui n'a pas eu l'air d'avoir davantage de succès. [ici].

 

Abbé Lemire :                                                                                                                              Père Volpette :6f62518e8cdadc319acaf661a4c2bc34.jpeg

 

 

46e4cbacb94d3ce3b0422158ead4726b.jpeg


Presses Universitaires de Namur, 256 pages, 23€.

Les commentaires sont fermés.