Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2007

Eugénisme, technique et philosophie des Lumières.

Dans un entretien accordé au Monde (ici), Didier Sicard, président du Comité national d’éthique, évoque le dépistage prénatal. Sa conclusion : il y a un risque d’eugénisme.
Ce risque est dû à la rencontre entre une idéologie d’un côté et la technique qui permet aujourd’hui de faire passer à l’acte cette idéologie.
Mais Didier Sicard va plus loin dans son analyse. Il estime que le risque de déviance eugénique est rendu possible, spécifiquement en France, pour trois raisons :
1°) la grande accessibilité des techniques ?
2°) le déficit en matière d’accueil des personnes handicapées.
3°) « ces dépistages sont idéologiquement perçus comme un progrès des acquis scientifiques, des Lumières, de la Raison. »

Ce dernier point est, en fait, dans son exposition le premier présenté par Didier Sicard. Il représente effectivement le fondement intellectuel du danger auquel nous sommes ici confrontés. Il y a une idéologie derrière les changements de notre société. Celle-ci se fonde sur la croyance en un progrès absolu et linéaire, en la bonté intrinsèque de la nature humaine et au fait que de l’apparente rationalité d’un acte découlerait sa moralité. Le pouvoir illimité de la Raison conduit pourtant souvent à des actes inhumains. L’histoire nous l’enseigne. La morale nous le confirme. On relira sur ces sujets Veritatis splendor (ici), Fides et ratio () et Evangelium vitæ ().

On donnera raison à Didier Sicard lorsqu’il montre que la multiplication des structures d’accueil des personnes handicapées entraîne une diminution du dépistage et du risque eugénique auquel il conduit le plus souvent. On lui donne raison aussi dans la critique de la déviance consumériste. Cependant, il faudrait aller plus loin en remettant en cause le fondement idéologique de notre société, les conséquences parallèles comme l'avortement. Il conviendrait également de réfléchir plus en profondeur sur le rôle, la place et la subversion qu'introduit la technique. Et plus encore, de savoir comment nous pouvons concrètement y faire face. 
 
Par ailleurs, sur l'unité d'action de Didier Sicard avec les catholiques, je renvoie à la réaction de Patrice de Plunkett sur son blog : ici 

08:35 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.