Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2007

Reprenons la barre

Un ami m’écrit pour me dire tout son intérêt pour la discussion initiée par l’entretien avec Denis Sureau qui a conduit à une joute intellectuelle entre Denis et Joël Hautebert, sans oublier les autres intervenants.
L’ami en question ne cache pas qu’il a été un peu dépassé par la haute volée de ce dialogue et par les références. Qu’il se rassure : il n’est pas le seul.
Mais c’est le propre des discussions qu’elles échappent très vite – trop vite ? – à ceux qui les lancent.
Mon souhait initial était de parler du rôle de l’État, de la place qu’il occupe aujourd’hui, de sa légitimité ainsi que la nécessaire reconstruction de la société que nous devons initier en retrouvant des modes de vie en rupture, en dissidence, avec le monde de la suprématie économique, du consumérisme, de la technique érigée en système, etc.
La réflexion personnelle de Denis Sureau et celle de Joël Hautebert les ont poussés en quelque sorte à remonter aux causes profondes du monde moderne et, partant, aux raisons d’une différence profonde d’analyse dans le monde catholique.
Des effets, il sont remontés aux causes.
Du souci d’incarner un mode de vie chrétien qui n’hésite pas à la dissidence avec la société et les pratiques qu’elle impose, ils sont allés à la source de notre désenchantement. À nous, lecteurs, de digérer tout cela. D’y réfléchir. D’accepter de nous laisser remuer par certains arguments, pour tenter de trouver les réponses concrètes à la situation présente.
L’ami dont j’évoquais les remarques au début de ce texte me demande de revenir à des considérations plus concrètes, dans le droit fil des raisons qui ont fait Caelum et Terra.
Au risque de surprendre, je répondrai à cette demande au cours de la journée.
En attendant, trois mots d’explications sur mon silence depuis plusieurs semaines :
– une maladie assez handicapante et qui n’est pas complètement finie, mais qui s’estompe.
– Un voyage et une conférence à prononcer sur Chesterton à l’Université de Fribourg où j’ai revendiqué d’être « chestertonien » après des intervenants plus distants, notamment sur ces positions religieuses et politiques.
– Des enfants qui me font l’agréable surprise de réclamer ma présence. Entre l’ordinateur, mes élucubrations et mes plus petits, j’ai donc choisi.

12:38 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.