Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2006

Secte : un député réagit

 medium_Vanneste.jpg
Comme je l’avais annoncé à la suite de la descente médiatique de la Commission d’enquête relative à l’influence des mouvements à cractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs, j’ai pris contact avec le député Christian Vanneste, membre de cette commission. Il vient de m’adresser sa contribution au rapport de la Commission, rapport qui devrait être présenter le 19 décembre prochain. Il annonce qu’il ne votera pas ce rapport. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons qui rejoignent nos propres inquiétudes.

1°) Absence de définition de ce qui est entendu par secte

Voici ce qu’écrit Christian Vanneste au rapporteur de la Commission : « Il faut toutefois émettre quelques réserves qui, je l’espère, permettront d’approfondir la réflexion, et notamment sur un problème de fond que j’avais déjà souligné lors de nos réunions : la secte n’est pas définie sur le plan juridique. Les mots ou expressions « sectes », « dérive sectaire », « fait sectaire », sont utilisés sans différentiation et recouvrent des situations et des personnes les plus diverses. Finalement, une confusion est entretenue. »



2°) La limitation de l’instruction à domicile est une intrusion dans l’autonomie des familles
Voici ce qu’écrit Christian Vanneste au rapporteur de la Commission : « C’est ainsi que je m’inquiète, dans la partie « Education », de la première proposition relative à l’instruction à domicile : il me semble que « limiter l’instruction à domicile à deux familles » et exiger « un recours à l’enseignement à distance » constituent une intrusion dans l’autonomie de la famille et dans la vie privée. Au même titre que lorsque le rapport exige une certaine « moralité » dans les organismes à distance, il m’apparaît utile de définir la notion au préalable pour une meilleure sécurité juridique. »


3°) L’État sort de sa soi-disante neutralité religieuse
Voici ce qu’écrit Christian Vanneste au rapporteur de la Commission : « En outre, il convient de mieux circonscrire les dangers effectifs quant à la santé morale, mentale, psychologique et matérielle de l’enfant. Les propositions numéros 21 et 22, qui prévoient la mise en place de thérapeutes spécialisés afin de prendre en charge les sortants de secte et la constitution d’une monographie sociale sanitaire des conséquences de l’appartenance des jeunes à des organisations sectaires, me paraissent créer certains dangers. Il s’agirait en fin de compte d’une atteinte à la neutralité de l’Etat face au fait religieux. De ce point de vue, la contradiction du rapport qui cite les mouvements à exigence morale forte et ceux à transgression, relèvent de l’ambiguïté et de la subjectivité. La potentialité du danger laisse apparaître le risque d’une attitude de suspicion difficilement compatible avec une société démocratique et libérale. »

La question est désormais : Christian Vanneste est-il le seul à réagir ainsi ?

Le texte complet de Christian Vanneste est ici : Vanneste
Son blog : http://vanneste.over-blog.org

10:20 Publié dans Éducation | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

J'ai lu et je lis encore beaucoup de contributions sur ce thème des sectes. Mais jusqu'à présent, je n'ai encore vu aucun article qui soulève la vraie raison de ces propositions de lois et je ferais donc comme tout le monde : je n'en parlerais pas. Cela est suffisant pour me faire comprendre de ceux qui savent.

Écrit par : Eric Gaillot | 09/12/2006

Et pour ceux qui ne savent pas ?

(Si vous êtes au courant, M. Gaillot, vous saurez bien pourquoi je pose cette question qui s'adressent à ceux qui ont la science de connaître ce qui est su).

Écrit par : Jacques de Guillebon | 09/12/2006

"...qui s'adresse...", pardon.

Écrit par : Jacques de Guillebon | 09/12/2006

« Et pour ceux qui ne savent pas ? »
En lisant votre premier commentaire, j’ignorais que vous aviez fait une faute. Vous avez voulu, à travers un second commentaire, transmettre la connaissance que vous aviez de votre faute. Du coup, j’ai acquis la connaissance de votre faute. Etait-il nécessaire, voire souhaitable, de me transmettre votre connaissance ? Que puis-je faire maintenant de cette connaissance que vous m’avez transmise ? En bon chrétien, je peux vous pardonner. Mais je pourrais aussi être perfide avec vous en profitant de cette connaissance que vous m’avez transmise sur votre faute pour vous répondre que votre question n’est pas traitable sur le fond pour cause de vice de forme grammaticale dans sa formulation. C’est ainsi qu’agissent les hommes de l’art.
Heureux sont ceux qui ne savent pas. Certes ils ignorent la vérité. Et alors ? Connaître la vérité les avancerait à quoi ? A se fâcher, à détester le monde et les hommes, à trouver une raison de plus de se faire la guerre, voire à changer d’avis sur ces futures propositions de loi sur les sectes et finir par considérer que ces propositions sont peut-être nécessaires ou au contraire particulièrement dangereuses ?
Je me dis que quelles que soient les lois, ce qui est intéressant est la manière de les appliquer. La démocratie est un régime moderne et en théorie valable pour la défense des droits de l’homme. Je suis donc favorable, par principe à la démocratie. Pourtant, la démocratie peut se révéler néfaste. Des exemples funestes sont bien connus. D’autres exemples funestes se préparent, ici même, en France. En sommes, qu’il s’agisse de la démocratie ou des lois, comme le dit notre Très Saint Père, c’est l’Homme qui est au centre de tout, et Dieu est au centre de l’Homme. Il ne tient qu’aux hommes de rendre les lois justes ou injustes dans la manière de les appliquer. Encore faut-il que ces lois existent ? Nous avons le privilège, en France, d’avoir des lois sur tout, y compris des lois sur les lois. Mais vous savez bien, cher Jacques, que les lois sont faites pour être détournées par ceux qui en ont la connaissance. Ceci est d’ailleurs l’un des critères de sélection des candidats aux élections présidentielles de 2007. N’est-ce pas significatif ?

Écrit par : Eric Gaillot | 09/12/2006

nous avons prévenu d'autres députés, et par le biais d'une association culturelle dont je fais partie, la communauté juive, qui a pas mal d'écoles hors-contrats, je n'ai pas eu de suites à mon courrier,
Odile

Écrit par : odile | 11/12/2006

Bravo au seul député, le premier de l'histoire de France que je connaisse, qui ose enfin se lever face à l'infâmie et dénoncer ce complot en bande organisée visant à faire régner une inquisition laïque contre les citoyens n'ayant pas, au regard des brigands de grand chemin infiltrés au coeur de l'Etat, la "bonne religion", et donc traités de "membres de secte" pour les besoins de la cause - c'est-à-dire pour servir de boucs-émissaires et ainsi mieux détourner l'attention et la colère du peuple de leurs propres forfaits... forfaits de ceux à l'origine de la chasse aux prétendues "sectes" qui ne s'avèrent n'être que des repaires de babas-cools pacifistes écolos idéalistes, le sel de la Terre justement...
Où est le bon grain, où est l'ivraie ?
Le procédé est suffisamment ignoble et ne tient que par l'omerta et la terreur, de ceux qui continuent à s'en rendre complices, au sein des médias et de la classe politique...
Il faudrait encore beaucoup d'autres femmes et hommes courageux, ayant encore une once de morale, de sens de l'honneur, de bravoure vraie, pour oser se dresser face à cette ignoble machination anti-constitutionnelle et machiavélique.
Il faudrait une levée en masse, démasquer, dénoncer et retourner le procédé contre les véritables brigands qui en sont à l'origine...
Peut-être Christian Vanneste est-il le dernier député Chrétien de l'Assemblée Nationale ? Le "dernier des Mohicans", dans ce pays qu'on qualifia pourtant de "fille aînée de l'Eglise" -j'ai toujours entendu cette phrase que je n'ai jamais très bien comprise, au regard de l'histoire de France depuis 1789 en tous cas - ou alors il s'agit de la "fille prodigue" de l'Église, dans l'espoir qu'elle reprenne un jour le droit chemin, et revienne dans la Maison du Père - une sorte d'appellation-méthode Coué en quelque sorte ?
Les mêmes qui ont monté cette machine de stigmatisation publique (le mythe des "sectes") ont fait que les politiciens n'osent même plus "avouer" qu'ils sont croyants... A de rares exceptions près, comme Christian Vanneste. Bravo à lui.
Heureusement qu'il reste des hommes comme lui...
Ça ne vous rappelle rien, cette chasse aux soi-disant sectes stigmatisées avec la bénédiction de la nomenklatura politico-médiatique ? Moi ça me rappelle un peu l'URSS...
Mais on fait mieux ici qu'en URSS : on continue dans ce sens archaïque, abandonné même en Russie, de guerre à la religion et aux religieux, 17 ans pourtant après l'effondrement du mur de Berlin et la chute consécutive de l'URSS... Faut le faire ! Cocorico !
Et ça a le culot en plus de se vouloir donneur de leçons de droits de l'homme et de démocratie face au concert des nations ?!
De la part d'un homme un peu désabusé, pas méchant en fait, mais parfois amer face à cette situation navrante.
"Redevenez comme de petits-enfants"
Vérité Simplicité Amour
Ami

Écrit par : Ami | 15/12/2006

La presse nationale tranche vraiment avec la régionale ; ex sur France3 hier un journaliste a eu l’intelligence d’interroger un sociologue, M.LENOIR, sur la commission et celui a répondu de façon honnête et objective ce qui n’est pas toujours le cas, hélas, des politiques (par exemple M.BRARD qui a été plusieurs fois poursuivis en justice par les Témoins de Jéhovah pour diffamation et qui l’est encore une fois de plus depuis ce mois de juillet).

J’aimerai rappeler qu’il n’y pas longtemps ces mêmes membres de cette même SERIEUSE commission avançaient depuis plusieurs mois déjà le chiffre très contesté de 40 000 enfants concernés. Maintenant on nous sort entre 60 et 80 000, chiffre officiel puisqu’il a pour seule et unique source M.FENECH !

Cela suffit pour qu’on y croie ! On nous prend vraiment pour des moutons de panurge !!!
On sait que cela n’a rien à voir avec les très précisément 97 000 qui sont vraiment en danger sur le plan de la violence domestique !

Les bouffeurs de sectes avant noël ont encore commis une baffouille...

Écrit par : M | 19/12/2006

Bravo pour votre prise de position qui vous honore.
Nul ne peut le nier, l’histoire se répète à l’infini et les hommes ne tirent pas leçon des erreurs du passé…
Il y a plusieurs siècles, les croisades et l’inquisition ont marqué définitivement notre pays…
Au 20ème siècle, le 3ème Reich et les nations derrière le rideau de fer ont particulièrement manifesté leur haine vis-à-vis notamment des minorités religieuses.
Les inquisiteurs laïcs (certains élus) de notre nation agissent de la même façon, démontrant leur total mépris des droits de nos citoyen à vivre en accord avec leurs convictions religieuses.
Manifestement la France ne peut prétendre comme elle le fait couramment, être ‘la terre des droits de l’homme.’
Aux yeux des nations civilisées elle apparaît plutôt comme une nation persécutrice des minorités.

Écrit par : Gérard WITOLD | 20/12/2006

Le rapport de la commission d’enquête est complètement à coté de la plaque !
C’est un vaste canular monté puisque pendant plusieurs semaines la commission est resté sur le chiffre déjà contesté à l’origine de 40 000 enfants et a décidé du jour au lendemain sur simple proposition de M.JANKOVICI de parler de 60 à 80 000 enfants avant le jour de la remise du rapport !!!Plus inquiètant les propos de M.FENECH: "Les parents doivent comprendre que leurs enfants ne sont pas leur propriété; c'est la propriété de l'Etat !"
Alors qui les élèvent ? J’ai retenu 7 lacunes majeures du rapport :
1- Pas de définition précise de ce qu’on parle !
Le rapport de la commission utilise près de 600 fois les termes “secte” ou “sectaire” qui désignent en fait les mêmes. Ces mots n'ont aucune signification reconnue ni par le droit, ni par la communauté scientifique. À aucun moment, le rapport en question n'en donne une définition claire et précise. Il s'agit là d'une lacune majeure qui enlève toute crédibilité à ce travail.
2 - le rapport met en cause tous ceux qui n’ont pas caressé la commission dans le sens du poil. Les représentants de l’éducation nationale ont dépeints les enfants Témoins de Jéhovah comme des élèves « modèles ». L’éducation nationale est coupable de laxisme.
Le représentant du bureau des cultes a rappelé que l’administration applique les décisions du Conseil d’Etat. Les pouvoirs publics font preuve de "négligence" voire de "complaisance".
3 - De nouveau des accusations sans l’ombre d’une preuve. Saluons le «flair» de nos chers députés qui ont "découvert", avec grand renfort de médias, 18 enfants (4 non scolarisés) dans une communauté (chose qu’ils savaient pourtant depuis un an !). Ce sont les seuls faits, les seules images, mais cela a suffi pour habiller convenablement leur rapport. Il y aurait « 45.000 enfants chez les Témoins de Jéhovah en danger » .Mais la commission est restée muette sur son incapacité à apporter un seul cas concret, une seule preuve.
Son seul fondement : le « témoignage » de deux ex-adeptes qui règlent leurs comptes avec « la secte». Emoustillés par les fortes pressions de l’UNADFI ils se mobilisent à travers les médias ou Internet pour criminaliser des minorités ; ainsi sur un site un des leurs a suggéré d' « enfermer les sectes dans des camps de concentration en leur retirant leurs biens et leurs enfants » ! Ceci nous ramène à une autre époque…Sans parler du désir de M.BRARD de réviser l'histoire des TJ enfermés dans les camps nazis...
4-La parole a été donnée principalement à ceux qui vouent une haine extrême aux minorités de conviction. Par contre aucune minorité religieuse n'a été invitée à venir s'expliquer devant la commission parlementaire. Ceci est une atteinte grave à la présomption d'innocence, pilier de la démocratie. Egalement aucun spécialiste des religions n'a été convié à faire part de ses travaux afin d'éclairer la commission. Ces scientifiques sont payés par les deniers de l'Etat, mais leurs travaux sont systématiquement ignorés. Pourquoi ? A l’évidence il s'agit d'une nouvelle tentative de manipulation de l'opinion publique de la part de la « représentation nationale » (les 10 mêmes députés ?).
L’assemblée nationale serait-elle satisfaite d’ une commission d'enquête parlementaire sur les dangers du libéralisme et qu'on la fasse présider par olivier Besancenot et qu'on laisse témoigner que des syndicats de travailleurs, etc... Sans respecter le principe du contradictoire ! On n’aura jamais de vision objective sur les patrons !
4-lepêle-mêle. « Les députés ont aussi sommé Bercy de s'expliquer sur les 45 millions d'euros de redressement fiscal auxquels les Témoins de Jéhovah ont été condamnés. » A votre avis, ça concerne les enfants ? Non mais un accord à l’amiable serait à l’étude…
6-les 50 propositions.A priori, difficile d’établir un lien entre nombre de ces propositions et le « travail » de la commission. Une lecture même rapide du rapport montre que les 50 propositions qui y sont contenues, ne sont pas le reflet des auditions effectuées. Ces propositions auraient pu être écrites bien avant même le début des travaux de ladite commission.
Sauf à penser que tout cela était cousu de fil blanc. Depuis le début de cette commission – choix des membres – choix des audités – orientation des questions et des auditions - l’objectif était clair : faire interdire les Témoins de Jéhovah.
7-les véritables mineurs en danger ne sont pas là ou on l’a rapporté ! Le rapport ne mentionne pas de façon explicite le fléau du satanisme qui se développe par le biais de la mode du gothisme et qui provoque des violences et suicides en nombre.
Aucune mesure concrète ; parents si vos enfants sont pris dedans l’Etat a payé en millions d’euros une commission avec l’argent de vos impôts qui ne sert à rien ! Alors que lors des auditions la plupart des intervenants ont alerté les députés sur le fléau du satanisme chez les jeunes qui les amène à se suicider.
Aucune trace concrète sur le rapport et aucune mesure contre eux !
Pourtant le président de la MIVILUDES connaît quelques cas bien précis à ce sujet en évoquant les fêtes chez eux aux solstices période pendant laquelle ils doivent offrir à Satan des sacrifices. La plupart des cas ces offrandes sont des vies humaines qui disparaissent ! Le sang doit couler…Triste réalité grandissante, espérant que cette nuit du 22 décembre les victimes disparues ne soient pas trop nombreuses !
Ces meurtres ne sont rien à côté des présupposés dérives concernant le refus de traitement faisant appel au sang chez les Témoins de Jéhovah !!!
On peut aussi relever dans ce rapport que tant dans la présentation de Didier Leschi que dans ses réponses aux questions, les phrases mentionnant le fait qu'il n'a pas eu connaissance de dysfonctionnement du service public hospitalier ont été supprimées !!!
Et comme par hasard apparaît dans les annexes (pages 237-238 des annexes du rapport) la lettre de Xavier Bertrand du 24 Novembre (avec annotation personnelle) en réponse à une demande de Georges Fenech (datée postérieurement à toutes les auditions), qui déplore les infiltrations jéhovistes et considère qu'elles constituent en effet un trouble à l'ordre public. Curieux, Curieux...Mais pas très malin !
Ces « sous citoyens » maintenant marginalisés sont-ils les plus mal connus de la presse à scandale ? Sait-on qu’il cherche ni plus ni moins les meilleurs traitement pour leurs enfants en faisant appel aux méthodes alternatives ? C’est pourquoi le rapport ne relève aucun cas précis de mise en danger des enfants chez eux mais essaie de le faire croire !
On pourrait également faire des commissions sur les ravages de l’alcoolisme, du tabac, de la drogue, de la pornographie chez les jeunes mais cela n’intéresse pas nos députés … Ce qui les intéresse c’est de pouvoir échapper aux procès qui les attends en faisant des commissions (ex : M.GEST, M.BRARD et M.FENECH bizarrement viennent d’annoncer qu’ils vont faire partie d’autres commissions sur des sujet plus ou moins préoccupants …)
Que fait-on des très précisément 97 000 enfants réellement en danger selon l’ODAS ?
En conclusion ce rapport est un prétexte pour bouffer de la secte avant noël, il n’avait qu’une cible : les Témoins de Jéhovah dont M.BRARD veut régler ses comptes parce qu’ils l’ont déjà encore une fois de plus poursuivis pour diffamation et il génère lui-même un trouble à l’ordre public puisque des milliers d‘enfants vont subir des brimades du fait de leur appartenance religieuse. Rien qu’en 2006 78 lieux de culte des Témoins de Jéhovah ont subit des actes de vandalisme ! Aucune condamnation officielle…sauf quand il s’agit d’une synagogue ou d’une mosquée. De plus il est complètement inutile et anti-laïque de fait M.BRARD au lieu de s’obséder à expier un bouc émissaire facile aux maux de la société devrait plutôt s’occuper de son parti qui est en train de fondre comme la glace pour espérons le, disparaître ! Bon débarras et j’espère avant juin 2007 !

Écrit par : Hocine | 25/12/2006

Les commentaires sont fermés.