Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2006

Une joyeuse austérité

 

medium_gueranger.jpg

 

L’Avent est donc commencé. Bonne année à tous. Comme le rappelle Dom Guéranger dans L’Année liturgique, l’Avent est aussi un temps d’austérité :
« Mais si les pratiques extérieures de pénitence qui consacraient autrefois le temps de l'Avent, chez les Occidentaux, se sont peu à peu mitigées, en sorte qu'il n'en reste plus maintenant aucun vestige hors des monastères, l'ensemble de la Liturgie de l'Avent n'a pas changé; et c'est dans le zèle à s'en approprier l'esprit que les fidèles feront preuve d'une véritable préparation à la fête de Noël. »
Et de conclure : « on doit conclure que l'Avent est un temps principalement consacré aux exercices de la Vie Purgative ; ce qui est signifié par cette parole de saint Jean-Baptiste, que l'Eglise nous répète si souvent dans ce saint temps : Préparez la voie du Seigneur! Que chacun donc travaille sérieusement à aplanir le sentier par lequel Jésus-Christ entrera dans son âme. Que les justes, suivant la doctrine de l'Apôtre, oublient ce qu'ils ont fait dans le passe, et travaillent sur de nouveaux frais. Que les pécheurs se hâtent de rompre les liens qui les retiennent, de briser les habitudes qui les captivent ; qu'ils affaiblissent la chair, et commencent le dur travail de la soumettre à l'esprit ; qu'ils prient surtout avec l'Eglise; et quand le Seigneur viendra, ils pourront espérer qu'il ne franchira pas le seuil de leur porte, mais qu'il entrera; car il a dit, en parlant de tous : « Voici que je suis à la porte et que je frappe ; si quelqu'un entend ma voix et m'ouvre, j'entrerai chez lui».


L’austérité ? Le terme fait peur aux catholiques. L’Avent devrait donc nous faire peur. Heureusement, ce n’est pas le cas, car nous savons quel en est le terme : Noël, la naissance du Christ. L’Incarnation !
Nous devrions penser plus souvent à ce lien entre « austérité » et « incarnation ».
L’un mène ou doit mener à l’autre.
L’austérité n’est pas une fin en soi. Elle est ordonnée à une fin qui lui est supérieure. L’austérité est un moyen, un dépouillement, en vue d’accueillir le Christ.
C’est vrai, cela doit être vrai dans nos manières de vivre. Et pas seulement pendant l’Avent.
L’austérité dans nos vies doit viser à nous débarrasser de tout ce qui nous empêche de vivre joyeusement et pratiquement en chrétien. D'incarner le christianisme, d'incarner le plus possible notre foi.L’austérité n’est pas l’absence de joie, la mine triste, mais la recherche de la vraie joie dans la vie simple. Et si pour l’Avent, nous nous dépouillons d’un certain nombre de choses ?

La télévision, par exemple ! On pourrait la regarder un peu moins ou, même, pas du tout, jusqu’à Noël.
La consommation ? Des tas de prospectus, catalogues arrivent dans nos boîtes aux lettres. On peut très bien décider de ne pas les regarder. On peut très bien décider de ne pas acheter ce superflu.

Les catholiques ont réagi, à raison, concernant le Téléthon. Nous n'acceptons pas de collaborer en vue de la recherche sur l'embryon, en vue de chosifier l'embroyon. Très bien ! Mais nous acceptons, par nos pratiques, de chosifier, de mercantiliser, la fête de la naissance du Sauveur. Pourtant, il n’est pas acceptable que le néo-libéralisme arrive à détourner le sens de la fête de Noël et parvienne par ces incitations à faire disparaître pratiquement le temps de l’Avent.

Un enseigne de supermarché, dont la direction dit-on est catholique, est capable d'affirmer dans sa publicité qu'elle est la vraie vie. Il y a le nom de l'enseigne puis ensuite le slogan : la vraie vie. Consommer, c'est la vraie vie. Étonnant que nous acceptions ces slogans sans rien dire, quand même.  

Noël reste un temps de fête et à l’idée de fête est associée celle de cadeaux. Mais sommes-nous obligés d’offrir forcément le cadeau le plus sophistiqué ou le plus coûteux ? Sommes-nous obligés de collaborer au système économique actuel dont la logique est anti-chrétienne ? Ne pourrions-nous pas réfléchir là aussi pour cesser cette collaboration tout en offrant des cadeaux différents ?

Pas de quoi fouetter un chat, me dira-t-on ! Ce n'est pas non plus une grande avancée pour trouver une solution aux maux politiques, sociaux et économiques ! C’est vrai. Il s’agit de retrouver simplement un peu de cette liberté intérieure et d’essayer de vivre autrement qu’avec certaines chaînes.

16:38 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

"La vraie vie", quand on a des enfants, c'est de passer du temps avec eux! Aussi mon mari et moi avons-nous commencé il y a quelques années une nouvelle tradition familiale. Au lieu d'acheter toutes sortes de jouets en plastique qui seraient cassés le mois suivant, nous offrons à notre nombreuse progéniture quelques babioles pratiques (crayons, carnets, notes autocollantes, chaussettes, barettes, balles, etc.) et gardons de quoi faire au lendemain de Noël un mini-voyage dans une petite île voisine, à une heure de ferry de chez nous. Une fois là-bas on respire l'air pur, on marche pendant des heures, on regarde les mouettes, on se lance des boules de neige. Ensuite on va à la bibliothèque lire des contes de Noël et on termine au motel (désert mais chauffé) par une marmite de pâtes au beurre, une bataille de polochons, un chapelet en commun, quelques cantiques de saison et un film de Capra. Rebelote le lendemain. Inoubliable!

Écrit par : A.S. | 05/12/2006

Les commentaires sont fermés.