Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Qui est Georges Fenech ?

Qui est le Président de la « Commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs » ?

Il ne paraît pas illégitime de s'interroger sur celui qui entend faire, au nom du peuple français, un certain nombre de propositions qui risquent de restreindre les libertés sous couvert de lutte contre les sectes.

Il ne paraît illégitime de s'interroger sur la moralité de celui qui prétend juger de la normalité des enfants et de la normalité de l'éducation qu'il reçoive.

Originaire de Sousse, en Tunisie, né en 1954, Georges Vincent Antoine Fenech est un rapatrié. Il a grandi à Givors et il a fait ses études à Vienne puis à Lyon à la faculté de droit Jean Moulin où il obtient une maîtrise de droit.

Il entre ensuite à l'École nationale de la magistrature (ENM).

Depuis 1980, il a exercé sa profession de magistrat à divers endroits. De 1984 à 1994, il a été également juge d’instruction. En 1992, il rend une ordonnance de non-lieu en 1992 dans le cadre de l'assassinat du juge François Renaud.

En 1996, il devient Président de l’Association professionnelle des magistrats (APM) fonction qu’il occupe jusqu’en 1998. Il démissionne de ce poste à la suite de la publication d'un calembour raciste dans la revue de l'association pour lequel il aurait été condamné pour avoir laissé.  À suite de cette affaire, il démissionne également de la magistrature. En décembre 1998, Libération publiait les lignes suivantes : « A ce scandale s'est ajouté son voyage à la tête d'une délégation d'avocats proches du RPR et de magistrats de l'APM, censés observer la bonne tenue du scrutin présidentiel gabonais. Ces juristes avaient accepté cette mission au nom d'une toute récente Association internationale pour la démocratie (AID). Observateurs - théoriquement neutres -, ils avaient été invités par le président Omar Bongo lui-même, d'ailleurs réélu hier avec 66,5 % des voix ».

En 1999, il fonde et devient Président, puis Président d'honneur du Syndicat Indépendant des Magistrats (SIM).

En juillet 2001, Georges Fenech est mis en examen dans le cadre de l'affaire Pierre Falcone. En 1997, l'APM, qu'il préside, avait accepté le versement de 100 000 francs (15 200 euros) par la société de vente d'armes Brenco International dirigée par Pierre Falcone. Georges Fenech se défend en prétextant qu’il ignorait l’origine directe (c’est-à-dire la vente d’armes) de cet argent, qui était versé pour aider à la survie de la revue de l’APM par le biais d’une prise d’abonnements.

Investi par l’UMP, il se présente en 2002 aux élections législatives et il est élu député dans la circonscription du Rhône. À partir de décembre 2005, il participe à la commission d'enquête parlementaire concernant l'Affaire d'Outreau critiquant la fonction du juge d'instruction.

Il est membre de la Miviludes, la mission interministérielle de vigilence et de lutte contre les dérives sectaires.

Il est nommé président de la Commission d'enquête parlementaire sur les sectes le 28 juin dernier. 


Il est marié en seconde noce à la journaliste Christine Goguet, directrice du Figaroscope. Celle-ci, lui a donné un enfant. Il est également père de trois enfants nés d'une précèdente union.

Georges Fenech connaît bien le milieux médiatique dont PPDA dont il se déclare proche.Il connaît donc l’art et la manière d’utiliser la presse.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages :

– Main basse sur la justice (1997), Jean-Claude Lattès;

– La moralisation des Marchés publics (1998);

– Face aux sectes : politiques, justices, État (1999)

– Tolérance Zéro, Grasset (2001) 

Commentaires

  • Juste une précision : Georges Fenech n'a jamais démissionné de la magistrature, mais a demandé sa mise en disponibilité pour convenances personnelles (Décret du 25 août 2003, publié au JO du 30 août 2003). Les démissions de la magistrature (ou de la fonction publique en général) sont très rares, ce qui leur permet de réintégrer leur corps d'origine quand le vent tourne (voir le cas d'Eric Halphen, en disponibilité depuis avril 2002, et qui réintégrera la magistrature en avril 2007, enfin c'est ce qu'il dit).

  • Après avoir écouté ce monsieur à la télévision, j'ai retenu que toutes les formes de cultes qui ne font pas partie des grandes religions officielles n'ont aucune légitimité morale. C'est mon interprétation alors je conseille aux gens de bien l'écouter pour se faire leur opinion. D'autre part je rappelle que les enfants n'ont jamais choisi leurs parents ni le mode de vie de leur parent. Par exemple, Mr Fenech critique le fait qu'on mette des idées dans leur tête telles que l'apocalypse. Ce n'est pas à lui de faire ce genre de jugement moral. C'est un peu comme si moi je décidais qu'on devrais interdire aux parents catholiques d'envoyer leurs enfants à la messe. De toute évidence les raisons qui le poussent à agir sont au meilleur des cas d'ordre idéologiques. Si les pouvoirs public sont assez "laxistes" de ce côté c'est probablement parce qu'ils savent que les lois en france ne doivent pas être appliquées à la lettre froidement comme ça a été fait lors de l'affaire d'outreau par exemple. Ils savent aussi que la notion de danger n'a pas à être subjective. C'est pourquoi ils n'ont pas forcement la volonté de s'attaquer à des mode de vie différents sans s'intéresser plus particulièrement aux intentions des parents ainsi qu'aux résultat de leur éducation.

    Que je sache l'état n'a aps à se substituer aux parents et c'est pour cela que nous ne vivons pas dans une république fasciste.

    Lutter contre les excés de certaines organisations d'accord!
    Mais englober tous les cultes non officiels dans le terme secte et associer ce terme à toutes les dérives existantes, non!

    Mr Fenech m'inspire de la peur tout simplement à cause de son manque d'objectivité et de souplesse d'esprit. Qu'il s'intéresse un peu aux enfants pour lesquels les choses se passent très bien et il comprendra que mettre tout le monde dans le même sac est dangereux et peut pousser un peu plus à la méfiance intercommunauté. C'est déjà difficile en France de tous s'entendre ce n'était pas la peine de jeter de l'huile sur le feu!

  • Jacques Goguy.
    2, rue du Fief de la Croix.
    79330 St-Varent.
    Tél 05 49 67 68 03.

    St-Varent le 26 décembre 06.

    Monsieur le Député Georges Fenech.
    9, rue Victor Hugo.
    69007 Givors.

    Objet : pour une vraie justice.


    Monsieur le Député,

    Vous êtes le Président de la commission d’enquête contre les sectes, je ne comprends pas votre acharnement contre les Témoins de Jéhovah ; ce sont des gens paisibles, leurs enfants sont bien élevés, ils ne font pas la guerre.

    Les deux exclus qui étaient invités à votre commission, bannis avec raison, un est un homo, il est écrit dans la Bible 1 Corinthiens : chapitre 6- versé 9 à 10 « Comment ! Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu ? Ne vous égarez pas. Ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni hommes qu’on entretient à des fins contre nature, ni hommes qui couchent avec des hommes. 10 Ni voleurs, ni gens avides, ni ivrognes, ni insulteurs, ni extorqueurs n’hériteront du royaume de Dieu. » Le deuxième n’a pas dit la raison, mais il éprouvait un certain regret il se disait cadre chez les Témoins à ma connaissance je n’en connais pas, je suis moi-même un exclut de cette religion.

    Il est également écrit dans la Bible « Aime t’on prochain comme toi-même. »
    Ce qui veut dire.
    Plus de voleurs.
    Plus de criminels.
    Plus de guerre.
    Plus de tribunaux.
    Plus de juge.
    Plus de prison.
    Plus de gendarmes.
    Plus de flics.
    Plus de Ministre de la Justice.
    Plus de Ministre de l’Intérieur.
    La France serait moins endettée.
    Le paradis sur terre, qu’attendez-vous pour être Témoin de Jéhovah.

    Ce qui intéresse surtout les politiques, les dons volontaire que reçoivent les Témoins. À remarquer les personnes qui donnent ont déjà payé l’impôt à l’État sur leur offrande.

    La séparation de l’église et de l’Etat.

    Suire, ancien contrôleur général de la police à la retraite à St-Jouin de Marnes, à l’audace de se faire passer pour un flic en activité, ce qui est puni par le Code Pénal article 433-12 et 433-13. Document joint. Ce qui lui permet d’user d’autorité auprès des tribunaux. Etant coupable d’escroquerie.

    C’est moi la victime qui est condamné par la justice.

    Cet individu avec la participation de mon escroc de fils, a spolié la fortune de ma famille Allemande. Suire, avec une partie du détournement de cette fortune, a inverti dans la restauration de l’église de St-Jouin de Marnes, il est Président de l’association de rénovation de ce monument, ce tas de pierre éclairé toute la nuit de mille feux, de quoi éclairer une ville de 10.000 habitants, pendant que des pauvres gens sans abri, la nuit sont dans les rue dans le froid ! Honte à la France, Honte aux politiques, Honte à la justice qui protège ces malfaiteurs.

    J’ai bien signalé cette affaire à la maison du karcher place Beauvau, qu’un délinquant de son administration, m’avait volée en toute impunité. Pour le présent, pas de réponse.

    J’étais invité et présent aux débats de Justice : le droit de confiance le 3 mai 2006 à l’Assemblée Nationale 101, rue de l’Université. Encore une fois, une démonstration de démocratie, seuls les parlementaires ont droit à la parole, à croire qu’ils détiennent la vérité, seul deux ou trois personnes choisies dans le public sont intervenues quelques minutes. J’avais demandé le micro, ainsi Frank Hagenbucher, nous n’avons pas eu droit à la parole.

    En ce qui concerne la justice.

    Quand on juge ses concitoyens, on se doit être propre, ce qui n’est pas le cas de cette administration. Des juges pédophiles, des voleurs, des escrocs, des membres de secte, en particulier des francs-maçons, ce qui est incompatible avec le serment d’être un bon juge, et le serment d’aider les frères maçons, des alcooliques, des détraqués sexuels, des malades, des dossiers qui disparaissent, les victimes de cette administration se comptent par milliers.

    Ces juges sont des criminels, nous ne voulons plus être humiliées, par cette justice mafieuse. Une commission d’enquête sérieuse s’impose, afin d’assainir les tribunaux.

    Vos juges revendiquent l’immunité totale, sous prétexte de leur indépendance. Cela est totalement inadmissible ! Pas plus, les juges que tous autres individus n’ont le droit de revendiquer un tel privilège ! Indépendance ne signifie nullement impunité. Chaque individu, dans une démocratie, doit assumer la part de ses erreurs et de ses fautes. On ne voit pas pourquoi et au nom de quelle morale, les magistrats échapperaient à cette règle.

    Des commissions ad hoc, paritaires et non collégiales, doivent pouvoir, sur saisine des justiciables, juger les juges de leurs fautes professionnelles.

    Ci-joint une note que j’ai transmise sur Internet.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’assurance de ma parfaite considération.

    Le secrétaire national de la fédération.
    Jacques Goguy.


    Pour plus d’informations sur Internet avec google faire : tabourier notaire – tribunal de bressuire – affaire goguy –suire flic – guillot flic – eric goguy – commissariat de thouars – gendarmerie de st-varent – escroquerie cellatex – escroquerie adelshoffen – escroquerie moulinex – escroquerie sollac – escroquerie métaleurop et bien d’autres encore…

  • Jacques Goguy.
    2, rue du Fief de la Croix.
    79330 St-Varent.
    Tél 05 49 67 68 03.

    St-Varent le 26 décembre 06.

    Monsieur le Député Georges Fenech.
    9, rue Victor Hugo.
    69007 Givors.

    Objet : pour une vraie justice.


    Monsieur le Député,

    Vous êtes le Président de la commission d’enquête contre les sectes, je ne comprends pas votre acharnement contre les Témoins de Jéhovah ; ce sont des gens paisibles, leurs enfants sont bien élevés, ils ne font pas la guerre.

    Les deux exclus qui étaient invités à votre commission, bannis avec raison, un est un homo, il est écrit dans la Bible 1 Corinthiens : chapitre 6- versé 9 à 10 « Comment ! Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu ? Ne vous égarez pas. Ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni hommes qu’on entretient à des fins contre nature, ni hommes qui couchent avec des hommes. 10 Ni voleurs, ni gens avides, ni ivrognes, ni insulteurs, ni extorqueurs n’hériteront du royaume de Dieu. » Le deuxième n’a pas dit la raison, mais il éprouvait un certain regret il se disait cadre chez les Témoins à ma connaissance je n’en connais pas, je suis moi-même un exclut de cette religion.

    Il est également écrit dans la Bible « Aime t’on prochain comme toi-même. »
    Ce qui veut dire.
    Plus de voleurs.
    Plus de criminels.
    Plus de guerre.
    Plus de tribunaux.
    Plus de juge.
    Plus de prison.
    Plus de gendarmes.
    Plus de flics.
    Plus de Ministre de la Justice.
    Plus de Ministre de l’Intérieur.
    La France serait moins endettée.
    Le paradis sur terre, qu’attendez-vous pour être Témoin de Jéhovah.

    Ce qui intéresse surtout les politiques, les dons volontaire que reçoivent les Témoins. À remarquer les personnes qui donnent ont déjà payé l’impôt à l’État sur leur offrande.

    La séparation de l’église et de l’Etat.

    Suire, ancien contrôleur général de la police à la retraite à St-Jouin de Marnes, à l’audace de se faire passer pour un flic en activité, ce qui est puni par le Code Pénal article 433-12 et 433-13. Document joint. Ce qui lui permet d’user d’autorité auprès des tribunaux. Etant coupable d’escroquerie.

    C’est moi la victime qui est condamné par la justice.

    Cet individu avec la participation de mon escroc de fils, a spolié la fortune de ma famille Allemande. Suire, avec une partie du détournement de cette fortune, a inverti dans la restauration de l’église de St-Jouin de Marnes, il est Président de l’association de rénovation de ce monument, ce tas de pierre éclairé toute la nuit de mille feux, de quoi éclairer une ville de 10.000 habitants, pendant que des pauvres gens sans abri, la nuit sont dans les rue dans le froid ! Honte à la France, Honte aux politiques, Honte à la justice qui protège ces malfaiteurs.

    J’ai bien signalé cette affaire à la maison du karcher place Beauvau, qu’un délinquant de son administration, m’avait volée en toute impunité. Pour le présent, pas de réponse.

    J’étais invité et présent aux débats de Justice : le droit de confiance le 3 mai 2006 à l’Assemblée Nationale 101, rue de l’Université. Encore une fois, une démonstration de démocratie, seuls les parlementaires ont droit à la parole, à croire qu’ils détiennent la vérité, seul deux ou trois personnes choisies dans le public sont intervenues quelques minutes. J’avais demandé le micro, ainsi Frank Hagenbucher, nous n’avons pas eu droit à la parole.

    En ce qui concerne la justice.

    Quand on juge ses concitoyens, on se doit être propre, ce qui n’est pas le cas de cette administration. Des juges pédophiles, des voleurs, des escrocs, des membres de secte, en particulier des francs-maçons, ce qui est incompatible avec le serment d’être un bon juge, et le serment d’aider les frères maçons, des alcooliques, des détraqués sexuels, des malades, des dossiers qui disparaissent, les victimes de cette administration se comptent par milliers.

    Ces juges sont des criminels, nous ne voulons plus être humiliées, par cette justice mafieuse. Une commission d’enquête sérieuse s’impose, afin d’assainir les tribunaux.

    Vos juges revendiquent l’immunité totale, sous prétexte de leur indépendance. Cela est totalement inadmissible ! Pas plus, les juges que tous autres individus n’ont le droit de revendiquer un tel privilège ! Indépendance ne signifie nullement impunité. Chaque individu, dans une démocratie, doit assumer la part de ses erreurs et de ses fautes. On ne voit pas pourquoi et au nom de quelle morale, les magistrats échapperaient à cette règle.

    Des commissions ad hoc, paritaires et non collégiales, doivent pouvoir, sur saisine des justiciables, juger les juges de leurs fautes professionnelles.

    Ci-joint une note que j’ai transmise sur Internet.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’assurance de ma parfaite considération.

    Le secrétaire national de la fédération.
    Jacques Goguy.


    Pour plus d’informations sur Internet avec google faire : tabourier notaire – tribunal de bressuire – affaire goguy –suire flic – guillot flic – eric goguy – commissariat de thouars – gendarmerie de st-varent – escroquerie cellatex – escroquerie adelshoffen – escroquerie moulinex – escroquerie sollac – escroquerie métaleurop et bien d’autres encore…

  • Sur le plan politique ce serait reprocher à des parents membre de l'UMP d'avoir des enfants qui partagent leur sentiment au motif qu'ils les auraient élevés dans des principes conservateurs.

  • Cet homme est un malade mental dangereux

    (texte repris)

    Dans les faits M. Fenech a été condamné en 2000 pour injures raciales et antisémites en public suite à un article antisémite publié dans la revue Enjeu Justice dont il était le directeur de la publication . Cet article écrit par l'ancien président de l'Assocation Professionnelle des Magistrats, Alain Terrail s'en prenait au substitut toulonnais Albert Lévy avec le commentaire suivant : « tant va Lévy au four qu'à la fin il se brûle ».

    Il y a cependant d'autres actions entreprises par M. Fenech qui restent inconnues du grand public mais qui n'en sont pas pour le moins inquiétantes : M. Fenech est l'un des pères de la Loi sur la rétention de sûreté adoptée il y a peu. Un de ses arguments pour défendre cette loi en est l'existence de systèmes similaires dans la législation d'autres pays démocratiques. M. Fenech a lui-même mis en valeur le « dispositif allemand ». Il écrit même « la mesure de détention sûreté (Sicherungsverwahrung) a été introduite dans le code pénal allemand en 1933 sous la République de Weimar. Cette loi a effectivement été adoptée le 24 novembre 1933 et promulguée à Berlin dans le Journal Officiel allemand du 27 novembre 1933.) (http://www.larecherchedubonheur.com/article-16856128.html) Le but de cette loi était de donner un outil pour lutter contre “les récidivistes dangereux” afin de permettre “la sécurisation de la société”. Le chancelier allemand à cette époque était Adolf Hitler qui a paraphé la loi. Elle bien entendu été modfiée depuis, cependant son concept reste le même et c'est là-dessus que se fonde M. Fenech dans son rapport.
    Quelques points révélateurs de la démarche de M. Fenech à la tête de la Miviludes.

    1. les seules associations qu'il a rencontrées dans ses recherches sont les associations anti-sectes telles que l'ADFI et le CCMM. Ces associations pour qui sait lire entre les lignes et regarder au-delà de ce qu'elles veulent bien nous montrer sont des organisations issues de mouvances fascistes et autoritatives dans le domaine de la pensée : à lire les publications de l'ADFI (le magazine BULLES pour ne pas le nommer), cette dernière cite souvent les travaux du psychiatre John Clark, psychiatre américain sanctionné par le contrôle de l'Ordre des Médecins du Massachussets pour avoir interné de force une personne en raison de ses convictions religieuses. L'ADFI mentionne également dans ses publications le psychiatre Louis West, connu pour préconiser la stérilisation des Noirs et des Hispano-américains afin de lutter contre la criminalité.

    Le CCMM a pour fondateur Roger Ikor, profondément anti-religion, tel que le prouvent ses paroles : “si nous nous écoutions, nous mettrions un terme à toutes ces billevesées, celles de sectes mais aussi celles des grandes religions (c'est moi qui souligne). On peut difficilement demander à la loi de trancher d'un coup toutes les têtes de l'hydre ; ce serait pourtant la seule manière d'empêcher qu'une seule repousse.” “Il faut cogner, détruire ces sectes qui pullulent sur notre pourriture. Quand suffisamment de gens iront mettre les locaux des sectes à sac, ils [les pouvoirs publics] se remueront sans doute.

    C'est à ces organisations que M. Fenech s'est adressé et uniquement à elles. Il n'a fait appel à aucun chercheur, aucun universitaire, sociologue, spécialistes de tels mouvements ou de religions dans leur ensemble. Sa vision ne peut être que tronquée et est extrêmement inquiétante pour la liberté de penser dans notre pays.

    Le mouvement des Loubavitch fait partie des mouvements que la Miviludes considère comme dangereux. Ceci était passé inaperçu avant que M. Didier Leschi, chef du Bureau central des cultes au Ministère de l'Intérieur déclare en 2006 à la commission parlementaire présidée par M. Fenech : ‘l'éducation non-conformiste constitue-t-elle une dérive sectaire ? Je voudrais illustrer cette question à travers deux mouvements qui préoccupent la Miviludes : les Frères de Plymouth, qui ont fait l'objet d'une mention dans le dernier rapport de la Miviludes et les loubavitch qui font l'objet depuis quelques mois d'une attention particulière de la mission […] Je crains fort que la stigmatisation de mouvements comme les Loubavitch ou les Frères de Plymouth risque de faciliter le passage à l'acte de personnes qui auront beau jeu de se couvrir d'une bonne conscience antisectes, pour justifier leurs actes malveillants ou antisémites. A ce titre, nous voyons augmenter les agressions contre les Témoins de Jéhovah. Autrement dit, je crains fort que cette stigmatisation, ce type de dénonciation, ne constituent à terme des troubles à l'ordre public, ou pour le moins des manifestations d'intolérance à l'égar de l'une des libertés les plus fondamentales de tout homme et de tout citoyen : la liberté de conscience.
    Pour ce qui est des enfants, voici une déclaration du Premier Ministre le 6 septembre 2005 suite à une question posée par Philippe Vuilque, président du Groupe d'étude sur les sectes :
    Les cas de maltraitance physique ou psychologique de mineurs en relation avec l'appartenance d'un ou des parents à un mouvement dit à caractére sectaire sont exceptionnels.’
    De juin à décembre 2006 une commission d'enquête parlementaire sur les enfants a interrogé de nombreux représentants ministériels sur la situation au sein des minorités spirituelles en France. Voici quelques déclarations de ces représentants :
    M. Jean-Yves Dupuis, Inspecteur Général, entendu le 10 octobre 2006 :
    ‘En prévision de notre audition par votre commission d'enquête, nous avons procédé très rapidement à une enquête auprès de tous les inspecteurs d'académie. Durant l'année scolaire écoulée les inspecteurs d'académie ou les recteurs ont procédé à 19 000 signalements au procureur de la République, concernant des enfants qu'on estimait être en danger, pour diverses raisons. Lorsque nous avons demandé aux inspecteurs d'académie quels étaient, parmi ces enfants en danger, ceux qui l'étaient à cause de mouvements sectaire, ils nous ont répondu qu'il y en avait huit.’
    Monsieur Joël Bouchité, Directeur des renseignements généraux du Ministère de l'Intérieur et de l'Aménagement du Territoire a déclaré à la commission le 4 octobre 2006 :
    ‘En tout état de cause 60 000 enfants sur tout le territoire national, cela me paraît beaucoup [Georges Fenech et Jean-Pierre Brad, président et membre de la Commission avaient laissé circuler la rumeur que 60 000 enfants étaient concerné par le phénomène]. Lors de nos relations sur le terrain, dans les préfectures, avec l'Education Nationale, les DDASS, les centres aérés et tous les organismes qui traitent de la jeunesse, nous n'avons jamais eu affaire à 60 000 signalements, ni même à 30 000, mais tout au plus à quelques dizaines.’

    Et enfin un extrait de l'audition de Mme Carole Arrighi de Casanova, sous-directrice de la Direction des Affaires civiles et du Sceau (DACS) au Ministère de la Justice, recueillie le 12 octobre 2006 :
    ‘Je dois d'emblée indiquer que nous ne sommes quasiment jamais confrontés à des situations liées aux sectes.’

  • Pauvre société ! « des juges » qui n’en sont pas, se permettent de donner des leçons aux autres et sont animés d’un désir frénétique de jouer les justiciers alors qu’eux-mêmes ont échappé de justesse à des condamnations pour relations avec des marchands d’armes !! Le monde est à l’envers. Au lieu de s’exciter sur des organisations pseudo religieuses qui en fait exploitent la bêtise humaine comme l’a fait et le fait encore l’église catholique et d’autres, vous feriez bien de vous interroger justement sur tous les maux autrement plus graves et répréhensibles que ces organisations mafieuses reconnues et acceptées par vous-mêmes ont infligé aux peuples depuis que l’homme existe. Curieusement on ne vous entend pas la dessus. Seriez-vous partie prenante ? Sans aucun doute ; sinon comment expliquer votre mutisme. La peur ? peut-être. Alors vous n’êtes pas Zorro ?

  • Je veux un enseignement de la bible weimar
    YAO
    YAO NESTOR
    BP 123 AKOUPE
    COTE D'IVOIRE
    CEL:+22503087632

  • Bonjour,
    je vous fais suivre un courrier reçu ce jour pour comprendre un peu mieux ce brave homme "sans peur et sans reproche"!

    Voici les dernières nouvelles le consternant (oh quel lapsus!)

    Bonjour,

    Nous avions révélé, l'an dernier, les liens de Georges FENECH avec le lobby Pro-OGM – et notamment avec le think tank MOMAGRI dont il était l'un des co-fondateurs. Aussitôt après, il disparaissait discrètement de la liste des co-fondateurs sur le site même de MOMAGRI ! (1)

    Après ses implications avec le lobby Pro-OGM, le site internet « Lepost » vient de publier un article sur ses liens avec la Tunisie et l'industrie pharmaceutique. (2)

    Pour continuer, 2 autres articles récents nous exposent les connivences de FENECH avec le gouvernement BEN ALI, à travers son association EFT (Echanges Franco Tunisiens) dont il est le président depuis début 2007. (3)

    Hier, FENECH ne savait pas que FALCONE était marchand d'armes.
    Aujourd'hui, FENECH ne savait pas que BEN ALI était un dictateur.

    Georges NOLAY

    (1) http://www.lepost.fr/article/2010/07/15/2152800_momagri-le-fenech-quitte-le-navire.html
    (2) http://www.lepost.fr/article/2011/01/25/2382749_ben-ali-fenech-bachelot-co-et-l-arnaque-franco-tunisienne.html
    (3) http://owni.fr/2011/01/27/visu-france-tunisie-un-roman-damities/
    (3) http://givors.e-monsite.com/blog.html?tag=Fenech

  • Quelle ironie! Georges Fenech le chantre de la « Tolérance zéro » vient d'être condamné pour diffamation publique. http://www.sectes-infos.net/communiques_presse_219_doxa_antisectes.htm

  • Fenech est une pourriture!

  • George Fenech est patron de la MILUVID
    Quand l’homme politique Georges Fenech (UMP) parle des pédophiles, prône la tolérance zéro et la castration chimique, on est en droit de s’attendre à une droiture d’exception. Mais même lui fait des erreurs. Il fait chanter dans ses conventions son ami Jean-Luc Lahaye, mais celui-ci se fait condamner pour attouchements sexuels en réunion sur une mineur de moins de 15 ans en 2007. Il fréquente et travaille avec son ami le juge Voirain, chez lequel on découvrira en 2003 des images d’adolescentes nues téléchargées d’internet et qui sera soupçonné de pédophilie (suite à une plainte de sa belle-fille mineure). Dans sa lutte contre la scientologie, il prendra position en 2009 pour un groupe de hackers d’internet, les Anonymous (19 juin 2009 sur nouvelobs.com). Malheureusement, tout n’est pas bon à prendre. Si ceux-ci ont en commun son aversion pour les scientologues, ils seront début 2010 aussi à l’origine d’une attaque pornographique contre youtube, consistant à cacher des images pornographiques dans des vidéos pour enfants.

    Dérives sexuelles chez les politiques

    http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/derives-sexuelles-chez-les-68131

  • http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/derives-sexuelles-chez-les-68131

    Quand l’homme politique Georges Fenech (UMP) parle des pédophiles, prône la tolérance zéro et la castration chimique, on est en droit de s’attendre à une droiture d’exception. Mais même lui fait des erreurs. Il fait chanter dans ses conventions son ami Jean-Luc Lahaye, mais celui-ci se fait condamner pour attouchements sexuels en réunion sur une mineur de moins de 15 ans en 2007. Il fréquente et travaille avec son ami le juge Voirain, chez lequel on découvrira en 2003 des images d’adolescentes nues téléchargées d’internet et qui sera soupçonné de pédophilie (suite à une plainte de sa belle-fille mineure). Dans sa lutte contre la scientologie, il prendra position en 2009 pour un groupe de hackers d’internet, les Anonymous (19 juin 2009 sur nouvelobs.com). Malheureusement, tout n’est pas bon à prendre. Si ceux-ci ont en commun son aversion pour les scientologues, ils seront début 2010 aussi à l’origine d’une attaque pornographique contre youtube, consistant à cacher des images pornographiques dans des vidéos pour enfants.

    Dérives sexuelles chez les politiques

    http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/derives-sexuelles-chez-les-68131

  • http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/derives-sexuelles-chez-les-68131

    oui plus qu'une ordure les réseaux la mafia de la pédophilie

    certain je reste certain et affirmatif
    grand ami à jean luc LAHAYE
    Association de Cent Famille et tous maudits et protégés !

  • le président de la MIVILUDES, Georges Fenech, malgré une tentative piteuse et infructueuse d’obtenir l’immunité, vient d’être condamné pour diffamation par la 17ème chambre correctionnelle de Paris pour des propos tenus dans son rapport annuel 2008.

    Quel rapport entre ces deux affaires ? La MIVILUDES (sous l’autorité du premier Ministre épaulé par des associations antisectes financées par l’Etat), qui orchestre la doxa antisectes, par la généralisation du soupçon à l'encontre des minorités spirituelles, éducatives et thérapeutiques (i.e. les « sectes ») et l’emploi d’un vocabulaire péjoratif et dévalorisant à leur encontre, est ici accusée de manque de rigueur dans ces dénonciations. Pas seulement par des organisations comme le CICNS, puisqu'il s'agit ici de la 17ème chambre qui relève dans cette seconde affaire « le manque de rigueur dans les vérifications ainsi que le manque de prudence dans l’expression d’un organisme étatique qui ne saurait se livrer à des approximations ». Une remarque qui pourrait s'appliquer sans difficulté à de nombreuses autres affaires (Descente de la MIVILUDES au Moulin des Vallées, Descente policière à Terre du Ciel, Descente policière à Nyons). Interrogé sur la décision des juges le concernant, Georges Fenech (qui fait appel), ancien juge d’instruction, arbore une suffisance détestable en déclarant : « Ce n'est pas cette instrumentalisation judiciaire qui nous impressionne » ; les juges de la 17ème chambre apprécieront, d'autant plus s’ils ont connaissance du lobbying antisectes forcené de Georges Fenech auprès du parquet (voir le résultat de ce lobbying). La première affaire illustre le succès de l'oeuvre de la MIVILUDES et la seconde le mépris qui anime cette dernière vis-à-vis des centaines de milliers de citoyens vilipendés sans preuve par monomanie antisectes : « Etre condamné à l'initiative d'une secte, cela prouve que je dérange, que le travail entrepris depuis vingt ans dans cette lutte paie » (Le Progrès). À croire que si la condamnation devenait définitive, ce haut fonctionnaire, rapportant directement au premier ministre, porterait cela comme un titre de gloire. Il semble en tous cas convaincu que la Justice ne peut que servir sa mission alors que lorsqu'elle est sollicitée par les victimes de ses "approximations", il ne peut s'agir que d'instrumentalisation

Les commentaires sont fermés.