Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2006

À l'école de Charles Péguy

 
medium_Peguy.jpg
Les théologiens sont bien nécessaires, mais les poètes disent parfois les choses plus profondément, et donc, plus justement. C’est un théologien d’ailleurs qui le fait remarquer. Au début de son livre consacré à Georges Bernanos, Hans urs von Balthasar écrit : « Il se pourrait bien qu’il y eût chez les grands écrivains catholiques plus de pensée vivante que dans notre théologie actuelle, au souffle un peu court et qui se contente à peu de frais ». Ce jugement sévère peut s’appliquer, à l’encontre des théologiens, aux poètes catholiques. Ce que le cœur d’un poète exprime, c’est l’être même des choses, qui n’est pas enfermé dans un raisonnement, mais est mis à nu dans le chant du âme. Je ne sais pas si la théologie de Charles Péguy est tout à fait juste au regard des catégories néo-scolastiques, ni de la théologie moderne. Peu importe, au fond ! Il nous apprend, à sa manière de poète, que nous devons voir toutes choses comme pouvant nous conduire à Dieu, comme autant de reflet de Dieu, car « l’éternité même est dans le temporel ». De ce fait, nous ne pouvons plus faire comme si les réalités avec lesquelles nous vivons sont neutres par rapport à notre vie de chrétien. La neutralité des techniques; la neutralité des conventions sociales; la neutralité des politiques; la neutralité des choix de vie, c'est le grand piège offert aux chrétiens auxquels on n'offre plus le luxe du martyre, mais la seule possibilité de vivre au chaud comme les autres avec un saupoudrage de spiritualité. Les choses, il est vrai, changent. Raison de plus pour vivre le plus possible détaché des modes de vie de la société non chrétienne. Mais écoutons Péguy : 
 
Car le surnaturel est lui-même charnel
Et l’arbre de la grâce est raciné profond
Et plonge dans le sol et cherche jusqu’au fond
Et l’arbre de la race est lui-même éternel.

Et l’éternité même est dans le temporel
Et l’arbre de la grâce est raciné profond
Et plonge dans le sol et touche jusqu’au fond
Et le temps est lui-même un temps intemporel.

Et l’arbre de la grâce et l’arbre de la nature
Ont lié leurs deux troncs de nœuds si solennels,
Ils ont tant confondus leurs destins fraternels
Que c’est la même essence et la même stature.

Et c’est le même sang qui court dans les deux veines,
Et c’est la même sève et les mêmes vaisseaux,
Et c’est le même honneur qui court dans les deux peines,
Et c’est le même sort scellé des mêmes eaux.
 

(Extrait de Ève de Charles Péguy)

01:30 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Peguy théologien? NON . Relire saint thomas OUI . Ce poeme ne montre pas que la grâce est un don gratuit de Dieu. Théologie élémentaire

Écrit par : jp seynhaeve | 28/11/2006

Ce poème est franchement panthéiste. Maintenant je sais pourquoi les "ressourcement"-teilhardiens aiment Péguy tellement.

Écrit par : Felipe | 30/03/2007

J'aime beaucoup ce poême qui rejoint saint Bernard pleurant son frère Gérard et répondant à ceux qui le lui reprochait - sur le ton : "vous, un grand spirituel !!!, pleurer son frère de sang ?" - : "et oui, je pleure : le spirituel est charnel et le charnel spirituel".

Écrit par : Le Proux | 31/03/2007

je serai curieuse de savoir en quoi le poème de péguy est contraire à la théologie sur la grâce de l eglise catholique.Bien au contraire dans tout le début nous ne pouvons nier tout le climat de la grâce adamique et ensuite la rédemption de l'hummanité par Jésus -christ avec la coredemption de la Vierge Marie .Enfin la nature humaine eleve par le sacrifice de Dieu et pouvant mériter lui meme pour ses frères en union avec le Christ (communion des Saints)Si j'ai bonne souvenance de Saint Thomas d'Aquin dans l'ordre de la grâce :l'acte bon et à la fois tout entier de l'homme comme cause seconde et tout entier de Dieu comme cause première Ainsi tt vient de Dieu parce qu'il nous donne et le désir du bien et la force de l'accomplir Péguy ne va pas contre cette theologie!

Écrit par : v jochaud | 13/10/2007

Les commentaires sont fermés.