Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2006

Précision sur l'avortement et la contraception

 

medium_pilule.jpg

Notre amie Marie-Françoise (cf. son dernier commentaire) réagit avec sa vivacité habituelle à une partie de la question de la semaine, celle où je demande qui a prononcé ces paroles :

« Comment l’avortement est un choix technique.
« Comment la contraception pose le problème de la dépendance envers la technique dans la construction de la liberté individuelle ».
 
Dans la réaction de Marie-Françoise, il y a une erreur de perspective, même si ce qu’elle dit est tout à fait juste. En déclarant,
« Comment l’avortement est un choix technique. Comment la contraception pose le problème de la dépendance envers la technique dans la construction de la liberté individuelle », cette personnalité politico-médiatique montrait, devant un public habituellement méfiant envers la technique, que l’avortement et la contraception n’y échappent pas.
Autrement dit, il remettait en cause de cette manière – incomplète, certes – ces deux fléaux acceptés sans question par le public auquel il s’adressait. Il remettait donc en cause le comportement de ses propres amis, de son public habituel et, peut-être même, le sien propre.
Son approche est incomplète. Mais elle n’est pas inintéressante.
Qui est cette personnalité ? La question reste entière !

Commentaires

Il y a très peu de personnalités politiques à s'être opposées à la politique actuelle d'encouragement à l'avortement. L'historien Emmanuel Leroy-Larurie explique (avec les précautions de langage d'usage) que ces 220000 avortements par an environ nous ramènent à un taux de mortalité infantile qu'on n'avait pas connu depuis le XVIIe siècle en France.

Ce qui est triste, c'est que le peu que Le Pen ou Christine Boutin ont pu dire contre cette politique suicidaire est beaucoup plus que les vagues protestations des évêques de France, malgré l'exhortation de Jean-Paul II à ne pas avoir peur.

Écrit par : Lapinos | 31/10/2006

Pour être plus précis, je n'ai pas parlé d'une opposition, car effectivement il y a peu de politiques à s'opposer à l'avortement, alors ne parlons pas de la contraception.
La citation en question est celle d'un homme politique et médiatique qui s'interroge publiquement sur les effets négatifs de l'avortement et de la contraception. C'est une interrogation. Il ne s'agit donc ni de J.M. Le Pen ni de Christine Boutin. Ni sur un autre plan d'Emmanuel Leroy-Larurie qui avait tenu des propos intéressants.

Écrit par : Philippe Maxence | 31/10/2006

Interviouver Leroy-Ladurie dans "National-Hebdo" ou dans "La Nef", ça c'est un truc qui relancerait sans doute les ventes.

Écrit par : Lapinos | 02/11/2006

Voilà une semaine bien longue Monsieur Maxence....
Révèlerez-vous qui a dit cette phrase intéressante ?

Écrit par : AD | 10/11/2006

Les commentaires sont fermés.