Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2006

Vision sacramentelle (2)

Qu’est-ce que la vision sacramentelle telle que nous l’entendons ici ? Au sens strict, il ne s’agit pas du recours aux sacrements de l’Église, canaux habituels de la grâce. Il faut y recourir, bien sûr, car ils nous permettent de vivre en chrétien à la fois à chaque instant de notre vie que dans les moments les plus importants de notre existence.
La vie sacramentelle dont nous parlons ici est une analogie. Les sacrements sont les signes visibles de la réalité invisible qu’ils signifient. De la même façon, la vision sacramentelle que nous portons sur le monde fait que nous percevons les réalités terrestres, lorsqu’elles sont bonnes, comme des moyens d’aller à Dieu et comme des reflets de Dieu. Autant d’occasions de transformer notre quotidien en occasion de penser à Dieu, de vivre plus saintement, de tendre à la sainteté.
Prenons l’exemple de la politesse.
On peut être poli, par convention sociale.
On peut être poli, également, parce que les rapports entre les hommes en sont facilités et, respectant l’autre, je peux attendre qu’il me respecte.
On peut être poli, enfin, parce qu’on reconnaît en l’autre une image de Dieu. Cela n’abolit pas les deux autres raisons, mais les amplifie, les surélève. L’autre reflète, bien qu’imparfaitement, la réalité invisible qu’est Dieu.
On peut ainsi avoir une vision sacramentelle de toute notre existence, car ce que nous faisons, nous voulons, nous pensons est inséparable de la réalité spirituelle.
Dans nos modes de vie, cela nous oblige à tendre autant que possible à une vie qui trouve un accord entre l’âme et le corps.
C’est simpliste ? Oui, d’une certaine manière. Nous voulons simplement retrouver les vertus ordinaires qui ont été vécues pendant des siècles de christianisme et dont on trouve le modèle dans la vie monastique.

Commentaires

Cette vie sacramentelle n'est-elle pas, en quelque sorte, l'étoffe même de la vie dans le Christ, n'est-elle pas le signe modeste, sans tambour ni trompette, de la fidélité ? N'est-ce pas ce que nous redisent sans cesse les Saints qui le reçurent de la bouche de l'Église ?
Cette vie sacramentelle dont vous parlez, est pour moi, une continuelle préparation prochaine à la Messe.
Être poli c'est une préparation à la Messe, ne pas klaxonner au feu rouge, manger avec reconnaissance, acheter à un producteur qui respecte mieux la Création de Dieu, essayez inlassablement d'être conforme à ce que nous sommes : fils et filles de la Sainte Église, serviteurs inutiles, brebis d'un si bon Pasteur, c'est une préparation à la Messe.
Fasse que l'Époux nous trouve avec notre lampe allumée.

Écrit par : Jacques Thielens | 26/10/2006

Oui, Jacques vous avez bien raison. C'est exactement cela. Faire que nos actes quotidiens nous ouvre à la rencontre avec Dieu. Que nous ayons notre lampe allumée, avec l'huille nécessaire, le temps de l'attente. Prions les uns pour les autres.

Écrit par : Philippe Maxence | 27/10/2006

Les commentaires sont fermés.