Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2006

Sur une nouvelle de chrétienté info

Chrétienté info m’apprend (nous apprend) que Rod Dreher est devenu orthodoxe.
Rod Dreher ? Les lecteurs de L’Homme Nouveau se souviennent peut-être du portrait talentueux écrit sur lui par notre correspondante aux États-Unis, Armelle Signargout. Certains lecteurs de ce blog se demandent peut-être de qui il s’agit.
Journaliste américain, Rod Dreher a enquêté longtemps dans les milieux conservateurs et a montré qu’il existait une partie d’entre eux davantage animés par des considérations spirituelles, la volonté de revenir à certaines pratiques de vie plus saines, opposer au libéralisme et à la consommation comme à l’immoralisme et à l’avortement. Parmi ces conservateurs, que Rod Dreher a baptisés « Crunchy cons » (titre aussi de son livre), des catholiques, des orthodoxes, des protestants et des Juifs.
Je m’étais senti en partie en phase avec cette démarche, d’autant que Rod Dreher terminait son livre par un appel à un nouveau saint Benoît, thème repris d’Alasdair MacIntyre, et thème aussi sur lequel je réfléchis depuis plusieurs années. J’ai correspondu un peu avec Rod Dreher et puis notre contact s’est interrompu. Sur son blog, l’un de ses correspondants m’avait demandé, sachant mon lien avec L’Homme Nouveau, d’indiquer à Rod Dreher qu’il existe aux États-Unis une fondation de l’abbaye bénédictine de Fontgombault, à Clear Creek. Ce point avait, semble-t-il, échappé à Rod alors qu’il avait enquêté très largement. J’ai effectivement donné les indications nécessaires. Visiblement, Rod n’a pas pris le chemin de Clear Creek, mais celui de l’orthodoxie. Je le regrette de mon côté, même si la chose ne m’étonne pas plus que cela. Il montre dans son livre (j’ai la troisième édition, les deux précédentes s’étant épuisées en quelques mois. Rod m’avait annoncé qu’il préparait une quatrième édition pour octobre, notamment pour enrichir le chapitre consacré à saint Benoît…) beaucoup de sympathie pour l’orthodoxie.
Chrétienté info (http://www.chretiente.info/spip.php?page=actu&id_syndic_article=3624) note que ce passage à l’orthodoxie s’effectue au moment où Benoît XVI travaille à une remise sur pied du catholicisme : « Mais comment Dreher peut-il quitter l'Église alors que Benoît XVI s'épuise justement à dépasser, en revenant au Christ, l'héritage des dialectisations du siècle dernier ? »
Je suis d’accord avec la question, mais la réponse se trouve, en fait, déjà dans le texte de Chrétienté info, dans un paragraphe précédent : « Dreher raconte que ce qui l'a surtout fait fuir, c'est l'épuisement face à la "corruption de la liturgie" et du catéchisme dans tant de paroisses catholiques américaines. Ces assauts incessants entraînent, en réaction, un dessèchement que connaissent de nombreux catholiques français ». Il y a, en effet, un épuisement de l’âme qui s’effectue au fur et à mesure que le temps passe. On ne résiste pas pendant des années et au quotidien à un détournement de la religion, à une mise en cause de la doctrine, à une négation des formes de piété, sans que l’âme en sorte indemne. C’est le drame et le vice de la crise actuelle dans l’Église : elle use ceux qui se veulent fidèles et les oblige à des prises de positions, à des réactions parfois violentes intérieurement. Bien sûr, Benoît XVI remet les choses en ordre. Mais, il y a un moment où l’on voudrait aborder définitivement les rivages de la paix, ce qui est aussi une illusion en ce monde.
Chrétienté info note aussi avec perspicacité : « le nouveau blog de Philippe Maxence s'efforce clairement d'en explorer la mise en pratique ». Bien vu ! Il y a cependant une petite différence, mais fondamentale, entre la démarche de Rod Dreher et la mienne. Rod s’est attaché à enquêter au sein des conservateurs, c’est-à-dire auprès de personnes qui votent habituellement Républicain. Sa démarche est au départ « politique », même si elle vise à montrer que l’on peut être Républicain et contre le libéralisme économique, Républicain et pour une attention aux pauvres, Républicain et écologiste, Républicain et pour la primauté du spirituel. Etc.
De mon côté, je ne cherche pas à savoir, en traduisant en terme français, si l’on peut être de droite et…
Ma démarche veut montrer :
– qu’il existe une alternative catholique aux maux du monde moderne qui s’incarnent aujourd’hui dans une société d’hyperconsommation, de libéralisme absolu, de destruction de la famille et des liens sociaux, dans un mondialisme sans limites ;
– que cette alternative catholique doit s’incarner concrètement et maintenant là où Dieu a placé chacun d’entre nous, selon ses possibilités et dans le respect de ses devoirs d’État ;
– que cette alternative catholique doit mettre en valeur ce qui permet à l’homme de se retrouver au centre de la Création, et non plus à côté, comme s’il était un être sans lien avec elle, qu’il faut retrouver, de ce fait, non seulement une pensée saine, mais des pratiques saines, pour respecter à nouveau la nature de l’homme, âme et corps, pour que la grâce puisse opérer sur lui.

Je ne veux pas, parce que je le remets fondamentalement en cause, entrer dans le jeu dialectique droite/gauche qui a épuisé notre pays depuis 1789 et qui ne cesse d’organiser une sorte de guerre civile institutionnelle. Les catholiques ont une réponse à apporter, en dehors de ce champ. Aujourd’hui que la société est brisée, cette réponse doit prendre l’humble chemin des réalisations pratiques en conformité avec Celui en qui nous croyons, avec son plan divin qui s’incarne dès l’origine (relire la Genèse) par une Création œuvre de son amour et des vérités qu’il nous a enseignées.
Encore une fois, Caelum et terra, ciel et terre, grâce et nature, Christ et culture, tradition et renouveau.

07:50 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.